• 29 décembre 2022

1923 – Saison 1 Episode 2 Récapitulation : « Nature’s Empty Throne »

« L’homme cherchera toujours à prendre aux autres ce qu’il peut faire pour lui-même. Ce sont les mots qui ont gouverné cette famille. Ou peut-être est-ce notre refus de nous rendre qui nous gouverne. » Comme notre 1923 narrateur (Isabel May de 1883 ) apparaît souvent lorsqu’il est important de souligner la signification durable d’un incident ou d’un événement, durable dans le sens où il résonne de génération en génération Dutton. Mais il est peu probable que la signification durable du Jacob Dutton de Harrison Ford, qui attache cinq bergers et les laisse en selle pour peut-être (probablement) les pendre, ait échappé à quiconque. (« Cela dépend de la loyauté de leur cheval » est son commentaire de sage endurci sur la question de savoir si l’un d’entre eux survivra). Il s’avère que le chef des bergers, Banner Creighton (Jerome Flynn), est le seul à avoir réussi à s’abattre. C’est ainsi qu’il devient le messager. Comme Jacob l’explique à son neveu Jack (Darren Mann), la plus grande menace pour le ranch de Yellowstone n’est pas les loups, la sécheresse, les lézards ou même la fièvre du Texas. Ce sont les autres hommes. Et c’est contre eux que les Dutton se battent. « Vos ennemis doivent être si terrifiés que leur peur est plus grande que leur cupidité. »

Banner Creighton a été libéré de sa pendaison potentielle. Mais il pourrait ne plus avoir de moutons à garder. Après que les bergers ont tiré à boulets rouges sur Jack et leur bataille rangée avec les cow-boys du ranch, Jacob ordonne à son contremaître Zane (Brian Geraghty) de pousser le troupeau de Banner, des « asticots des prairies », en bas de la montagne vers la réserve indienne, où de nombreuses personnes sont affamées. Les cavaliers amérindiens sont d’abord méfiants. Que vont-ils faire d’un groupe de moutons qui ne feront qu’attirer les loups et engloutir le peu d’herbe qu’il y a ? Zane offre son meilleur haussement d’épaules de cow-boy. « M. Dutton a dit de vous les amener. Garde-les, vends-les, mange-les – c’est un cadeau. » Runs His Horse (Michael Spears) offre à Zane un brin d’herbe à donner à Jacob en signe de remerciement et de gratitude.

Les gens ont faim dans la réserve, mais les conditions à la frontière du pensionnat gouvernemental sont proches de l’inhumain. Sœur Mary (Jennifer Ehle) veille à ce que chaque acte soit une humiliation, avec sa tyrannie de la maîtrise des tâches axée sur la pénibilité des travaux domestiques. Enlevées à leur famille, ces jeunes femmes se retrouvent essentiellement dans une prison gérée par l’église catholique. Après que Teonna Rainwater (Aminah Nieves) ait continué à être contrariée par Sœur Mary et ait écrasé le visage de la religieuse contre une table, elle est traînée jusqu’à la boîte chaude et enfermée à l’intérieur, où elle est agressée sexuellement par Sœur Alice (Kerry O’Malley), menacée de mort par le vicieux directeur de l’école, le Père Renaud (Sebastian Roche), et forcée de se soumettre au contrôle de Sœur Mary. « Vous pensez que je suis votre adversaire, mais je ne le suis pas. Je suis votre salut. Je suis le pont entre la civilisation éteinte de votre peuple et la société prospère chargée de dompter cet endroit impie. » Nous encourageons Teonna à s’échapper de cet endroit horrible et de ses tortures sadiques dès que ses ravisseurs, qui se cachent derrière le tissu, ne regardent pas.

La dernière fois que nous avons vu Spencer Dutton, le chasseur se faisait frapper au visage et à la poitrine par l’énorme patte d’un léopard fou de proie humaine. Il parvient à dévier et à loger deux cartouches de fusil de chasse dans la poitrine du gros chat. Mais Kagiso (Raymond Watanga), le guide de chasse de Spencer, se fait déchirer le cou par l’autre léopard qui attaque. Soignant ses propres blessures avec de l’iode et du whisky, Spencer s’insurge également contre le gérant du camp de safari anglais, qui ne présente aucune condoléances après la mort de l’homme. C’est le genre d’infraction pour laquelle on peut être abattu, mais ce type peut vivre pour l’instant, surtout parce que Spencer a besoin d’être conduit à Nairobi. À l’hôtel Stanley, la plaque tournante locale pour les personnes bien placées qui réservent des safaris et des expéditions de chasse, Spencer boit du bourbon au bar de la véranda lorsqu’un groupe de dames de la haute société envoie l’une d’entre elles avec des questions. N’est-il pas le héros de guerre américain qui chasse les mangeurs d’hommes ?

Alexandra (Julia Schlaepfer) et ses amis semblent tout droit sortis des dernières saisons de la série télévisée Downton Abbeyou les pages d’un roman d’Edith Wharton. Ils ne parlent que de rires, de toasts au champagne et d’excursions somptueuses dans la brousse. Et Spencer détourne la plupart de leurs bavardages et de leurs histoires. Mais pas Alexandra, leur porte-parole désignée. Il répond même à ses questions de drague avec plus que des monosyllabes. Mais il y a un problème. Alexandra est aussi fiancée. Et sa fête de fiançailles a lieu le soir même à l’hôtel. Plus tard, elle quitte la table du dîner officiel, émue. C’est un mariage mondain, et Alexandra redoute son avenir. « Je suis une transaction immobilière ! » s’écrie-t-elle à une amie. Mais s’il n’y a pas d’amour dans ses noces à venir, il y a de la romance et du danger dans le travail de courtier de la mort du beau chasseur américain. Le lendemain matin, alors qu’il monte dans la Rolls Royce de son patron pour se rendre à sa nouvelle mission – une hyène tachetée terrorise les ingénieurs qui construisent une voie ferrée à l’est – Spencer capte la lumière qui joue sur les cheveux blonds et le fabuleux foulard d’Alexandra. Il enlève son chapeau, elle fait de même avec un chapeau imaginaire. Elle suit ses yeux tandis que la Rolls descend l’allée de l’hôtel. Et soudain, elle attrape son sac et son chapeau dans le bus où son cortège de mariage est en train de monter. Spencer demande au chauffeur de s’arrêter, et Alexandra s’entasse à l’arrière du véhicule, exaltée. « Regardons la mort dans les yeux, d’accord ? »

Johnny Loftus est un écrivain et éditeur indépendant vivant en liberté à Chicago. Son travail a été publié dans The Village Voice, All Music Guide, Pitchfork Media et Nicki Swift. Suivez-le sur Twitter : @glennganges

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *