• 28 décembre 2022

Le regarder en streaming ou le sauter ?

Pour sa cinquième comédie spéciale Netflix, Vir Das utilise une sorte de MacGuffin, puisque nous pouvons déjà voir que son « atterrissage » en Inde n’a pas déclenché les menaces pour ses libertés civiles qu’il craignait, et qui propulsent l’arc narratif de cette heure. Néanmoins, Das offre de nombreuses pistes de réflexion aux citoyens indiens actuels, aux enfants indiens-américains d’immigrants et même à ceux d’entre nous qui n’ont aucun lien avec l’Inde.

L’essentiel : Sans doute la plus grande star de Bollywood à avoir percé auprès du public américain en tant que comédien de stand-up, Vir Das a eu au moins deux occasions de jouer dans sa propre sitcom aux États-Unis. En 2020, Das a participé à un épisode de la série télévisée Fresh Off The Boat (« The Magic Motor Inn ») qui aurait pu servir de pilote détourné pour sa propre série. Il avait déjà un rôle récurrent dans une autre série ABC, l’éphémère série d’action, Whiskey Cavalier. Et l’année dernière, il a développé un film à une caméra pour la FOX (Country Eastern) avec la société de production créée par le trio The Lonely Island.

Mais Das s’est retrouvé dans l’eau chaude de retour dans son pays natal, l’Inde, en novembre dernier, après avoir prononcé ce monologue au Kennedy Center de Washington, D.C., et posté son clip « Two Indias » sur YouTube.

Mentionner ce clip lui a valu une longue pause d’applaudissements lors de cet enregistrement Netflix, mais Das a déclaré qu’il a généré de multiples plaintes pénales contre lui en Inde, y compris des allégations de sédition. Il s’est donc inquiété d’aller directement en prison à son retour à Mumbai, et a plaisanté sur la façon dont il s’est préparé à l’avance : « J’ai arrêté de me raser, j’ai commencé à faire des pompes. » Rétrospectivement, l’expérience a également permis à Das d’explorer comment la « liberté d’expression » et la « culture de l’annulation » ont des significations beaucoup plus profondes une fois que vous sortez des États-Unis.

De quelles émissions spéciales de comédie cela vous rappellera-t-il ? Il n’y a pas beaucoup d’humoristes qui ont vraiment peur de se faire arrêter pour leurs blagues (bien que Kathy Griffin vienne à l’esprit) et qui parlent aussi aux Américains et aux immigrants en essayant de comparer leurs expériences les uns aux autres (peut-être que Ronny Chieng s’en approche le plus en termes de stature et de matériel).

Des blagues mémorables : Das commence par une envolée lyrique, avec des phrases telles que « échanger vos données contre de la dopamine » et « un PDG milliardaire avec de l’argent et une énergie vierge » pour impliquer la foule et la rendre attentive immédiatement. Il lance également une pique à ses pairs sur l’état réel de la comédie, en disant : « Je fais du stand-up en 2022. Tout peut arriver ce soir. Je pourrais être arrêté, agressé, poignardé, giflé ; pire encore, discuté sur Reddit. »

Dans un passage destiné à la génération Z, Das les implore d’avoir plus d’empathie envers leurs aînés, qui ne comprennent peut-être pas la fluidité du genre, mais qui ont eu l’expérience de briser les traditions et les coutumes ; les grands-parents qui ont été les premiers à divorcer ; les parents, en brisant les constructions raciales. « J’espère que vous apprécierez cette fluidité autant que vos parents ont apprécié leur infidélité », plaisante-t-il, avant de révéler ses propres expériences de jeunesse. Le coup de théâtre ? « Maman, je ne suis pas gay. Je suis juste un loser. »

Il y a une scène dans laquelle Das baisse le micro près de sa taille pour parler de l’importance du micro comme invention et innovation.

Il finit par revenir à son idée de « Deux Indes », cette fois en s’adressant aux Indiens qui ont grandi en Amérique en tant qu’enfants d’immigrés, en insistant auprès d’eux sur le fait que l’Inde qu’ils ont appris à connaître – « la version de l’Inde de vos parents n’existe pas » – atterrit sur une proposition différente. C’est une chose et approprié pour Das de critiquer l’Inde. Mais si vous êtes Indien et que vous ne vivez pas ou ne passez pas beaucoup de temps en Inde, alors n’osez pas dire à ses compatriotes ce qu’il en est. Das insuffle à ce sketch une certaine physicalité et un certain langage, le ponctuant de divers accents et scénarios, pour aboutir à une technique classique de stand-up où il admet ne pas savoir comment terminer son sketch. Ce qui, naturellement, provoque plus de rires. Vous ne pourrez peut-être pas le citer, mais il sait non seulement que vous ferez passer son sketch comparant les patriotes aux nationalistes pour le vôtre, mais il vous suggère également de manière ludique comment le faire.

Il trouve également le temps de faire de lui-même la cible de la plaisanterie, se rappelant deux incidents embarrassants où il s’est retrouvé du côté des perdants lors de cérémonies de remise de prix, et imaginant ce qui aurait pu se passer s’il avait réagi de manière excessive.

Notre avis : Das n’avait pas complètement tort de s’inquiéter de sa sécurité en rentrant dans son pays. Plus tôt en 2021, un autre comique indien a été arrêté, inculpé et menacé de prison pour avoir prétendument fait des blagues insultantes envers l’hindouisme.

Bien sûr, Das peut plaisanter sur son expérience avec le recul, car lui-même ne s’est jamais retrouvé en prison ou au tribunal pour sa propre vidéo YouTube, bien qu’il puisse plaisanter sur la façon dont elle a provoqué des conversations intéressantes avec sa mère : « Tu te souviens que tu disais que tu ne savais pas comment décrire ce que je faisais dans la vie ? ». Il note avec ironie que son nom se traduit en anglais par « Brave Slave », ce qui est ironique ou approprié, peut-être les deux. Encore plus ironique et approprié ? Das avoue se sentir trop indien pour s’intégrer à la culture occidentale, et trop occidental pour continuer à s’intégrer en Inde.

C’est peut-être ce qui lui permet d’avoir un point de vue différent et rafraîchissant sur notre obsession actuelle pour le « punching up » et la « culture d’annulation ». Pour ce qui est de la première, il la rejette comme étant une absurdité occidentale. « Parce qu’en Occident, votre privilège est constant. Les privilèges indiens sont très volatiles. » Il peut se moquer des humoristes américains et d’autres personnes qui dénoncent leurs propres privilèges de manière proactive pour éviter les attaques tout en continuant à profiter de leur privilège en silence, ou en poussant l’enveloppe. En Inde, plaisante Das, il n’y a pas de privilège à pousser, car il a déjà regardé à l’intérieur de l’enveloppe et n’a trouvé que des affaires judiciaires.

Ce passage avec le microphone révèle comment Das et d’autres comme lui ont pu trouver leur voix. Après avoir été battu physiquement par ses aînés dans sa jeunesse en Inde, Das a trouvé le pouvoir et la sécurité lorsqu’il a saisi un microphone pour la première fois. C’est un pouvoir et une sécurité qu’il continue à exercer aujourd’hui. Même s’il doit être un peu plus judicieux et intelligent dans la façon dont il l’utilise.

Donc si vous vous demandez quelles épices Das saupoudre sur le sol et se concentre sur, oh, ne vous inquiétez pas. Tout sera révélé. Comme il plaisante à la fin : « Vous ne me croyez pas ? Regardez à nouveau mon émission spéciale. »

Notre appel : STREAM IT. Il y a en effet deux Indes, mais aussi deux Virs. En tant que comédien qui a le sentiment de n’être à sa place ni dans son pays natal, l’Inde, ni ici, aux États-Unis, ce sentiment d’être à l’écart fait de Das un comédien plus mémorable et plus précieux pour les deux mondes.

Sean L. McCarthy travaille sur la comédie pour son propre journal numérique, Le comique du comique; avant cela, pour de vrais journaux. Basé à New York, mais prêt à voyager n’importe où pour un scoop : De la glace ou des nouvelles. Il tweete également @thecomicscomic et podcaste des épisodes d’une demi-heure avec des humoristes révélant leurs histoires d’origine : Le Comic’s Comic présente Last Things First (Les dernières choses d’abord).

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *