• 29 décembre 2022

Le regarder en streaming ou le sauter ?

Le thriller en trois parties est un élément de base de la télévision britannique. Mais il n’est pas toujours évident que l’histoire de la brève série puisse soutenir trois épisodes. Une nouvelle série en trois parties diffusée sur BBC One cet été a certainement une idée intéressante en son centre. Mais l’histoire est-elle suffisante pour tenir le coup ?

Coup d’ouverture : Un homme portant un casque d’écoute se frotte nerveusement les mains pendant qu’il demande à la personne à l’autre bout du téléphone si quelqu’un respire.

L’essentiel : Gabe (Iain De Caestecker) est un gestionnaire d’appels pour le service d’ambulance écossais à Glasgow. Il est l’équivalent d’un répartiteur du 911, ici aux États-Unis, et on le voit guider les appelants dans des moments de tension, comme lorsqu’ils trouvent un être cher inconscient, et dans des moments de joie, comme lorsqu’un couple a un bébé pendant qu’il est au téléphone avec lui.

Mais ensuite il reçoit l’appel d’une femme qui crie qu’elle vient de tuer son mari. Elle ne donne aucune information, mais ensuite elle dit, « Gabo, c’est toi ? » En raison du nom qu’on lui donne, il sait immédiatement de qui il s’agit, mais ne le dit pas à ses collègues, notamment à Leigh (Taj Atwal), chef d’équipe, avec qui il a noué une relation personnelle en dehors du bureau.

Il est à la recherche de Samantha Tomey (Joanna Vanderham), sa meilleure amie d’enfance et sa petite amie. Il sait que c’est elle car les seules personnes qui l’appelaient « Gabo » étaient elle et sa mère, décédée d’un cancer quand il était enfant. Il retourne à la maison de campagne où vit son père, Ian (Stuart Bowman), qui se met en colère à la simple mention du nom de Sam. Lors d’une visite dans un pub tenu par Eldith (Charlene Boyd), l’une de ses amies et de celles de Sam, son mari Robbo (Daniel Cahill) menace la vie de Gabe. Il est évident que Sam a causé beaucoup de problèmes à Gabe, à ses amis et à sa famille, étant donné la réaction qu’il suscite rien qu’en prononçant son nom.

Elle rappelle le lendemain, expliquant que son mari lui a fait vivre « deux années d’enfer ». Il fait semblant d’être malade et part, mais pas avant de lui avoir donné un indice sur le lieu où il doit le rencontrer. Ils se retrouvent sur la coque brûlée de la cabane où ils avaient l’habitude de se retrouver quand ils étaient enfants. Elle est désespérée : le corps de son mari est à l’arrière d’une camionnette dans un parking de Glasgow, et elle veut que Gabe le déplace pour elle. Il refuse d’abord, puis, se souvenant de leur ancienne relation, il la retrouve dans les bois et accepte.

L’opération ne se déroule pas sans heurts, et il est presque repéré par Breck (Sharon Rooney), l’inspecteur de police qui enquête sur l’affaire. Mais alors que Breck l’interroge au bureau le lendemain, son collègue Anthony (Daniel Portman) découvre quelque chose sur Gabe qu’il peut utiliser à son avantage.

Photo : BritBox

À quelles émissions cela vous rappellera-t-il ? A cause de la connexion avec les services d’urgence, une connexion inévitable avec… 9-1-1 s’affiche. Mais La salle de contrôle est un thriller plus tendu que le format fou des cas de la semaine de la série de Ryan Murphy et de ses spin-offs.

Notre avis : Écrit par Nick Leather, La salle de contrôle est un thriller à plus d’un titre. Bien sûr, il y a l’action à l’écran, où Gabe est en train de ruiner sa vie pour protéger Sam, pour laquelle il a ruiné sa vie il y a quelques décennies, mais pour laquelle il a une certaine affection. Mais l’autre aspect passionnant de la série est de voir si Leather, en collaboration avec la réalisatrice Amy Neil, peut maintenir la tension de cette histoire sur trois épisodes d’une heure.

Bien que cette tension soit bien maintenue dans le premier épisode, il y a encore des signes qu’il n’y a pas assez d’histoire pour tenir le coup pendant 3 heures. Une grande partie de ce qui s’est passé entre Gabe et Sam est racontée par le biais de flashbacks, qui font volontairement des allers-retours et racontent l’histoire de leur enfance par morceaux. Par exemple, l’incendie de la cabane a été un moment important dans la vie de Gabe, mais nous ne savons pas vraiment pourquoi ni comment il a commencé. Nous n’avons aucune idée de la profondeur et de la durée de la relation entre lui et Sam.

Bien sûr, l’idée semble être que nous recevons ces fragments de souvenirs parce que c’est ce à quoi Gabe pense lorsque Sam réintègre sa vie et qu’il finit par faire des choses qu’il n’aurait jamais envisagé de faire pour quelqu’un d’autre. Mais les flashbacks longs et rêveurs brisent l’élan du thriller actuel qui est le principal moteur de la série.

Il aurait été plus que suffisant de faire un film de 90 à 105 minutes où cet homme bon qui sauve des vies fait des gaffes pour cette femme qui a une emprise sur lui, et est si négligent que ses collègues et les membres de sa famille découvrent qu’il l’aide. De Caestecker montre efficacement le malaise évident de Gabe face à ce que Sam veut qu’il fasse, mais nous voyons aussi son impuissance en sa présence. Vanderham est douée pour projeter l’impuissance de Sam, qui peut être réelle ou simulée. Leur va-et-vient est la clé de cette série.

Mais une durée de 3 heures signifie que nous verrons plus de flashbacks, et que nous serons forcés de reconstituer leur histoire alors que la plupart de celle-ci aurait pu être expliquée en quelques lignes d’exposition. Et même si cela ne tue pas la série, c’est quelque chose qui aurait pu être évité.

Le sexe et la peau : Rien dans le premier épisode.

Parting Shot : Sur le toit de l’immeuble où ils travaillent, Anthony dit qu’il restera silencieux sur ce qu’il sait si Gabe peut le sortir de certains problèmes liés à des dettes. En pensant à son passé avec Sam, Gabe resserre sa prise sur la balustrade.

Sleeper Star : Lancer l’idée que Gabe et Leigh ont eu une aventure est un détail qui, on l’espère, portera ses fruits plus tard. On cherchera donc un peu plus Taj Atwal dans les deux autres épisodes.

La ligne la plus pilote : Quand son père se met en colère contre lui pour avoir parlé de Sam, Gabe lui répond sèchement. « Ça fait combien de temps, hein ? Et tu ne peux même pas éteindre la télé. » On est censé supposer que cette phrase parle de la mort de sa mère ? De ce que Sam a fait ? De la nature généralement fermée des pères écossais ? Nous ne sommes pas sûrs.

Notre appel : STREAM IT. Les téléspectateurs seront entraînés dans l’histoire principale en La salle de contrôle. Nous espérons cependant qu’ils ne seront pas distraits par les flashbacks fragmentaires qui construisent les backstories des personnages.

Joel Keller (@joelkeller) écrit sur la nourriture, le divertissement, l’éducation des enfants et la technologie, mais il ne se voile pas la face : c’est un accro de la télé. Ses écrits ont été publiés dans le New York Times, Slate, Salon, RollingStone.com, VanityFair.com, Fast Company et ailleurs.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *