• 29 décembre 2022

Le regarder en streaming ou le sauter ?

Après avoir sorti un spécial pandémie en plein air pour HBO Max en 2020, Chelsea Handler revient sur Netflix, où elle avait déjà sorti un spécial stand-up en 2014, deux séries documentaires et un talk-show. Dans son nouveau stand-up spécial, Handler veut toujours sortir, ou plutôt, en obtenir, mais pas de n’importe qui. Elle a des critères, et les hommes blancs hétérosexuels ne les respectent plus. Est-ce là sa véritable évolution vers la révolution ?

L’essentiel : Dans son premier stand-up spécial Netflix depuis 2014, Chelsea Handler est montée sur la scène du Ryman Auditorium de Nashville, dirigée par son désormais ex-petit ami Jo Koy, pour réfléchir à sa vie amoureuse pendant la pandémie, comment elle est reconnaissante d’être célibataire et sans enfant maintenant, et comment elle est venue à certaines réalisations brutales sur ce qu’elle est prête à supporter dans une relation, et ce qu’elle n’est pas, maintenant que nous devrions tous savoir mieux comment les hommes pourraient traiter les femmes.

A quelles émissions spéciales de comédie cela va-t-il vous rappeler ? Comme sa consœur Amy Schumer, Handler s’adapte à l’évolution des attitudes envers le sexe et les hommes grâce à la vague #MeToo, mais sans se marier ni avoir d’enfants comme Schumer. En ce sens, Handler est aujourd’hui plus proche en esprit de son ancien personnage. Chelsea Lately Jen Kirkman, auteur et panéliste, est fière de ne pas avoir d’enfants tout en exigeant davantage des hommes et de la société.

Des blagues mémorables : Après deux ans d’observations standard sur la pandémie, Handler reconnaît habilement notre dissonance cognitive collective (« Nous avons survécu à une pandémie mondiale, et maintenant nous allons faire comme si elle ne se produisait plus….Et je suis d’accord avec ça ! ») avant d’aborder l’expérience de son point de vue particulier. Elle est reconnaissante de ses privilèges, non seulement de ne pas avoir de conjoint ou d’enfants coincés dans la maison avec elle, mais aussi d’être suffisamment riche pour que sa sœur persuade Chelsea de les laisser, elle et ses enfants, décamper dans son manoir pendant un certain temps. Elle se fait aussi sagement la cible de moqueries en reconnaissant qu’elle est assez privilégiée pour monter des éléphants en Afrique, mais qu’elle est encore ignorante de certaines sciences de base.

Il y a un long passage sur son histoire de sauvetage de chiens qui aide à expliquer pourquoi elle pourrait faire un excellent père divorcé mais pas nécessairement une mère pour des enfants humains, suivi d’un test réel de ses compétences parentales à temps partiel grâce à l’introduction de deux nièces d’âge universitaire et d’un neveu adulte dans sa maison.

Mais tout cela n’est qu’un prélude au dilemme pandémique de Handler : comment va-t-elle s’envoyer en l’air ? Elle raconte son parcours, de l’entretien avec des « pénétrateurs potentiels » pendant une demi-heure en attendant les tests COVID personnalisés qu’elle leur avait donnés à la maison, à son expédition ski-sexuelle à Whistler en Colombie-Britannique (vous avez peut-être vu les vidéos de ski aux seins nus qu’elle a postées à l’occasion de ses anniversaires là-bas), pour se heurter à une mésaventure et une connexion manquée après l’autre.

Notre avis : Pendant la majeure partie des 77 minutes, Handler raconte son histoire avec ce que l’on pourrait qualifier de visage de « salope au repos, je suis au-dessus de ça ». Surtout si vous venez la chercher en portant un chapeau de capitaine. Jusqu’à ce qu’elle commence à décrire sa relation avec Koy, son ancien compagnon de route. Chelsea Lately invité et ami de comédie qui est devenu son petit ami pendant un an durant la pandémie. Ensuite, elle ne peut s’empêcher de sourire.

Koy, qui a non seulement réalisé cette émission spéciale mais a également présenté Handler sur scène, a laissé l’ouverture se dérouler dans l’expectative, montrant les visages enthousiastes de la foule, impatiente de l’entendre.

Ce qu’ils ont reçu n’était pas tout à fait un « Je suis folle à lier et je ne vais plus le supporter ». Réseau Je suis le capitaine maintenant  » de l’émission de radio « . Capitaine Phillips. Parce qu’elle a réalisé, non seulement pour sa propre vie, mais aussi pour toutes les femmes, qu’elles ne devraient pas supporter moins que le meilleur de la part des hommes qui tentent de les séduire. Il n’est pas étonnant qu’elle affirme que plusieurs de ses amies ont abandonné les hommes pour des relations lesbiennes pendant cette pandémie. Les hommes ne sont tout simplement pas à la hauteur. « En tant que société, vous nous devez à toutes des excuses », dit-elle. Et aux hommes qui râlent et se demandent s’ils peuvent encore ouvrir la porte aux femmes, elle répond : « Bien sûr. C’est le moins qu’ils puissent faire. C’est le moins que nous puissions faire après avoir tourmenté les femmes pendant des siècles.

Et même si son témoignage à Koy et « pourquoi je sors avec un Philippin » peut sembler discutable depuis leur séparation, Handler a ajouté un message post-scriptum à l’écran alors qu’elle reçoit ses derniers applaudissements, nous rappelant qu’elle croit toujours en l’amour et qu’elle trouvera sa personne.

Elle a certainement trouvé son public. Et elle sait quoi leur dire, à eux et à nous.

Notre appel : STREAM IT. Si vous pensez savoir comment est la comédie de Handler, détrompez-vous. C’est une autre sorte de comique maintenant. Plus âgée, plus sage, plus consciente d’elle-même, toujours excitée, mais plus sûre de ce qu’elle doit dire et du message qu’elle doit faire passer. Et à mes camarades hétéros qui lisent ceci, écoutez son appel : Même si vous n’êtes pas le genre de trou du cul qu’elle met en garde, vous connaissez des gars qui le sont et vous devez leur dire ce qu’il en est.

Sean L. McCarthy travaille sur la comédie pour son propre journal numérique, Le comique du comique; avant cela, pour de vrais journaux. Basé à New York, mais prêt à voyager n’importe où pour un scoop : De la glace ou des nouvelles. Il tweete également @thecomicscomic et podcaste des épisodes d’une demi-heure avec des humoristes qui révèlent leurs histoires d’origine : Le Comic’s Comic présente Last Things First (Les dernières choses d’abord).

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *