• 30 décembre 2022

Le regarder en streaming ou le sauter ?

Wildcat (actuellement sur Amazon Prime Video) est un documentaire qui met en contraste d’adorables animaux sauvages d’Amazonie avec les problèmes de santé mentale d’un homme. Les premiers, notamment les adorables chatons ocelots orphelins qui ont besoin d’un coup de pouce, sont peut-être aussi nécessaires à la santé du second, un vétéran militaire traumatisé qui cherche à s’évader et à guérir. Les réalisateurs Trevor Frost et Melissa Lesh ont su capturer la relation intensément amoureuse, mais nécessairement brève, entre Harry, l’humain, et Keanu, l’ocelot, dans une histoire classique de rencontre entre un homme et un animal.

WILDCAT: LE REGARDER EN STREAMING OU LE SAUTER ?

L’essentiel : « Nous sommes des animaux sauvages, toi et moi. Nous sommes sauvages. » Harry se reconnaît dans l’ocelot qu’il élève en Amazonie péruvienne. Le chat est devenu orphelin et a été ramassé par des bûcherons qui allaient probablement le vendre au marché noir avant qu’un groupe de protection de l’environnement n’intervienne pour le sauver ; maintenant, il doit être accueilli pendant 18 mois avant de pouvoir être relâché dans la jungle pour se débrouiller tout seul. Sept ans auparavant, Harry, d’origine britannique, était un soldat de 18 ans en Afghanistan avant d’être libéré avec un trouble de stress post-traumatique et des cicatrices de brûlures sur les bras ; il a tenté de se suicider avant de décider qu’il avait besoin de s’éloigner de tout et de s’installer dans la jungle. Le parallèle entre l’homme et le chat est évident : tous deux ont besoin de se préparer aux libertés de leurs mondes respectifs.

Harry se filme souvent lorsqu’il emmène l’ocelot pour des « promenades » nocturnes dans la jungle, apprenant à ce qui n’est pas un chaton mais pas encore un chat à chasser les rongeurs et les petits caïmans. Frost et Lesh s’occupent de la plupart des détails du documentaire, ajoutant des séquences à la troisième personne et comblant certains trous narratifs. Le projet de réhabilitation des chats de Harry est supervisé par Samantha, une étudiante diplômée qui dirige l’association Hoja Nueva, dédiée à la réhabilitation des animaux et à la préservation de la forêt tropicale. Nous apprenons finalement que leur partenariat est également romantique. Harry parle de sa famille en Angleterre, et notamment de l’affection qu’il porte à son frère de 13 ans ; ils bravent les kilomètres et la jungle dense et dangereuse pour leur rendre visite. Samantha doit retourner à Seattle plus souvent qu’elle ne le voudrait pour poursuivre ses études et collecter des fonds pour Hoja Nueva ; elle s’ouvre sur son défunt père, dont l’alcoolisme le rendait dur et violent la nuit, mais tendre et aimant le lendemain matin.

Nous obtenons un portrait intense du lien entre l’homme et l’animal lorsque Harry se taille la part du lion dans le maternage d’un ocelot que Samantha et lui ont affectueusement nommé Keanu. (Il est décevant de constater que les réalisateurs ne demandent jamais au couple s’ils sont…). Point Breakers, John Wickers ou My Own Private Idahoers.) Pour notre œil non averti, Harry semble bien adapté à l’élevage de chatons ocelots, équilibrant la tendre éducation et l’amour dur dont un chat sauvage mais dépendant comme Keanu a besoin. Ce n’est pas facile – un gros mâle territorial rôde dans les environs ; une morsure d’araignée rend Keanu malade pendant une nuit ; une dure leçon est apprise lorsque le chat attaque un caïman un peu trop gros et beaucoup trop rapide. Dans les derniers mois avant la libération de Keanu, Harry s’inquiète de la première nuit du chat seul dans la jungle, hors de son enclos. Le lien doit inévitablement être rompu et Harry, qui tente de repousser le chat, grogne et s’en prend violemment à lui. Le point commun entre tous ces incidents : Le bien-être psychologique d’Harry est-il trop intrinsèquement lié à la santé et aux progrès du chat ? Harry sombre fréquemment dans une dépression profonde et sombre, et il a toujours la capacité de s’automutiler. Cela stresse énormément sa relation avec Samantha. « Je suis dans le plus bel endroit du monde », se lamente Harry, « et je n’arrive pas à être heureux. »

Photo : Everett Collection

Quels sont les films que cela vous rappellera ? Wildcat établit un parallèle étroit avec le film oscarisé de 2021. Mon professeur pieuvredans lequel un cinéaste animalier raconte la vie d’une pieuvre pour gérer sa dépression.

Une performance qui mérite d’être vue : Sans négliger la douleur très réelle et empathique des humains dans le film, un élément crucial donne à ce sujet lourd les moments de légèreté nécessaires : Les images fréquentes d’un chaton ocelot qui s’ébat et mordille.

Dialogue mémorable : Harry ressent la frustration de tous les parents lorsqu’il supplie Keanu :  » Juste. Mange. Ton rongeur ! »

Sexe et peau : Aucun.

Notre prise : Plus l’histoire de Harry et Keanu progresse, plus elle devient fragile. Harry croit que la seule façon d’atténuer la douleur de ses crises d’angoisse est de se couper. Nous voyons des images étonnamment intimes de Harry et Samantha se disputant avec véhémence alors que leur relation semble atteindre ses derniers retranchements. Elle ne sait pas si elle doit l’aider ou le quitter, et elle admet que sa relation difficile avec son père rend sa décision difficile. Harry sait qu’il n’a pas d’autre choix que de dire adieu pour toujours à Keanu, la chose qu’il aime le plus, parce que c’est mieux pour le chat. Et il laissera Keanu en liberté dans l’un des environnements naturels les plus brutaux du monde. Il n’y a aucune garantie, ni pour l’homme ni pour le chat.

Avec sagesse, Frost et Lesh prennent du recul et laissent leur film soulever des questions sans jugement. La situation et le comportement de Harry sont-ils un point négatif, ou sommes-nous témoins de la douleur du progrès ? (Il est parfois réconfortant de savoir que Harry n’a pas toujours été seul dans la jungle – quelqu’un doit être présent pour faire tourner la caméra, bien que les réalisateurs ne s’insèrent jamais directement dans le récit). Quoi qu’il en soit, le film capture la vérité désordonnée sur Harry – et peut-être sur la santé mentale en général – qui peut être insatisfaisante pour ceux qui recherchent un documentaire à la conclusion bien ficelée, mais qui est néanmoins honnête et touchante. Wildcat traite de la nature inconstante du bonheur, et c’est là que la métaphore de l’animal sauvage s’effondre – le bonheur va et vient, mais contrairement à un ocelot rusé, il reviendra.

Notre appel : STREAM IT. Bien que Wildcat affirme qu’il n’y a pas de solutions faciles aux problèmes de Harry, mais c’est néanmoins un portrait mémorable, tour à tour cru et magnifique, d’un homme et de sa capacité à aimer un chat qui en a désespérément besoin.

John Serba est un écrivain indépendant et un critique de cinéma basé à Grand Rapids, dans le Michigan. Vous pouvez lire la suite de son travail sur johnserbaatlarge.com.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *