• 30 décembre 2022

Le regarder en streaming ou le sauter ?

La tante de la fête de Chicago (Netflix), la manifestation animée d’un compte Twitter humoristique géré par le co-créateur de la sitcom, Chris Witaske, revient chez le diffuseur pour une deuxième saison de huit épisodes qui retrace les mésaventures de son personnage titulaire, une fan vieillissante de la vie enragée dans le quartier de Wrigleyville à Chicago, qui apprend à s’en sortir tout en se saoulant souvent. Witaske et CPA Les créateurs Jon Barinholtz et Katie Rich sont rejoints par un casting vocal de premier ordre comprenant RuPaul Charles, Da’Vine Joy Randolph, Ike Barinholtz et Bob Odenkirk.

Coup d’ouverture : « C’est une toute nouvelle année dans notre chère ville de Chicago, et l’un des avantages d’avoir un toit qui donne directement sur le Wrigley Field est que vous pouvez vivre le jour de l’ouverture ! Pas le premier match, mais quand les gars avec les gros tuyaux d’arrosage arrivent… »

L’essentiel : C’est vrai, pour Diane (Lauren Ash), la tante de la fête de Chicago elle-même, le toit de son immeuble de Sheffield Avenue représente le cœur de son être. Aujourd’hui, elle est la dernière fêtarde à être restée debout après le départ de son ancienne bande – vous savez, pour la banlieue, pour se marier, ou pour rejoindre le marché du travail. Mais Diane garde le rêve en vie, même si c’est l’hiver, que l’équipe des terrains est la seule action en cours à Wrigley, et que son neveu Daniel (Rory O’Malley) ne voit pas l’intérêt de se refroidir là-haut.

Lorsque Diane découvre qu’un nouveau voisin boit de la bière dans sa glacière – « Hé ! La bière du couloir est là-bas… » – le malentendu est à l’origine d’une situation de meilleures amies pour la vie, car Amanda (Amy Poehler) semble être une compagne de fête. Elle aussi regarde l’émission de midi de Juge Mathis au bar ; elle aussi est partisane de la phrase exclamative « That fuckin’ rocks ! »; elle aussi pense que Doyle, l’huissier de justice de l’affaire de l’affaire de l’homme d’affaires, n’est pas du tout le même. Mathisest un vrai zaddy. Mais lorsque Diane et Amanda passent bruyamment et en état d’ébriété à son travail, ce sont les collègues coiffeuses de Diane, Zuzana (Katie Rich) et Tina (Da’Vine Joy Randolph), qui ont l’air de voir double. Et d’ailleurs, le propriétaire du salon, Gideon (RuPaul Charles), dit qu’il est le seul zaddy du coin.

Gideon veut parler à Diane de la lotion faite maison qu’elle lui a donnée – elle est en fait assez efficace. (La lotion est destinée à devenir un point plus important de l’intrigue dans CPA saison 2.) Mais pour l’instant, Diane a un plus gros problème. La sympathie superficielle qu’elle éprouve à l’égard d’Amanda commence à se fissurer, en particulier lorsqu’un vendeur qui propose à une entreprise de racheter les combles commence à fouiner. Diane ne vendra pas, pas question – mais ce n’est pas à elle de le faire, puisque l’appartement appartient à sa soeur Bonnie (Jill Talley) et à son mari Mark (Ike Barinholtz), et que l’argent des droits sur le toit pourrait vraiment gonfler leurs fonds pour le bébé n°2. Les problèmes de Chicago – sa tante la plus fêtarde les a.

Photo : Avec l’aimable autorisation de Netflix

A quelles émissions cela vous rappellera-t-il ? Chicago Party Aunt La star invitée Amy Poehler est également la co-créatrice et la star de la sitcom animée Duncanvillequi, de nos jours, est diffusée sur Hulu et, tout comme CPAdispose d’un panel d’acteurs vocaux incroyablement riche. Il s’agit de Ty Burrell, Rashida Jones, Zach Cherry, Riki Lindhome et même Wiz Khalifa. Et CPA ferait également une jolie montre serre-livres avec Bob’s Burgers.

Notre avis : « Sweet home Chicago » – malgré le titre de ce numéro de blues durable, et bien que ce soit la première ligne que nous entendons dans Chicago Party Auntc’est une phrase que personne ne dit vraiment. Mais avant de déclarer CPA une sorte de vautour culturel, ou d’appliquer au toon la même analyse hypercritique qui peut parfois faire ou défaire la réputation d’une émission – The Bearpar exemple, a obtenu de bonnes notes pour sa facilité à manier le patois local – il est important de noter le nombre de moments que les auteurs réussissent parfaitement. Lorsqu’une Diane énervée est en train de critiquer la compagne de son ex-mari Ken, et que celle-ci apparaît soudainement, elle change immédiatement de registre avec un chaleureux et très Midwestien « How are ya, hon ? » (Son déploiement d’un parfait « No doy ! » est également essentiel.) Et en parlant de Ken, il a peut-être la meilleure réplique locale dans le premier épisode de la deuxième saison, lorsqu’il dit à un type d’entreprise arrogant de « se retirer, cheese-dick ».

C’est avec de petites touches dans l’écriture que Tante de la fête de Chicago devient plus qu’une simple extension d’un message Twitter sans intérêt. Mais la sitcom a également veillé à mettre du cœur dans ses intrigues. On ne peut pas faire chanter 25 minutes de comédie animée uniquement sur des utilisations créatives du mot « fuck », et… CPA prend soin de souligner la nature protectrice de Diane à l’égard de son neveu Daniel, le lien durable qui l’unit à sa sœur Bonnie (« C’est une vraie merdeuse, mais je l’aime »), et même la solidarité des résidents de la vieille école de la ville lorsqu’il s’agit de prendre le contrôle de ce qui est cher aux habitants.

Le sexe et la peau : Lorsque Daniel assiste à son premier cours dans le studio d’art dirigé par Samuel (Tim Allen), sa tentative de confronter sa créativité sans crainte se heurte à un obstacle lorsque le modèle nu est Heidi, la petite amie de Kurt.

Parting Shot : Bien que Diane partage avec sa soeur Bonnie l’un des doux moments que la plupart CPA les épisodes se résolvent avec, elle arrive quand même à le chiffonner. « Si tu veux du sperme de première qualité, je connais un gars… »

Sleeper Star : Tante de la fête de Chicago Le co-créateur Chris Witaske incarne Ken, l’ex-mari de Diane, avec un mélange gagnant de charme facile à vivre de la classe ouvrière, un flair pour les jurons colorés et des références profondes à la télévision de jour. (Jenny Jonesquelqu’un ?)

La ligne la plus pilotée : Lorsque des intérêts corporatifs menacent son perchoir bien-aimé surplombant Wrigley Field, Diane prononce un discours passionné, bien que légèrement enivré. « Ce vieux toit est comme nous. Cassé, pas grand-chose à regarder, grouillant de vermine… mais bon sang, c’est authentique. Et il n’y en a plus beaucoup par ici. »

Notre appel : STREAM IT, parce que c’est facile, surtout avec une durée aussi faible. Chicago Party Aunt génère quelques rires grâce à sa connaissance de l’argot de la ville. Mais c’est l’excellente distribution vocale de ce toon qui lui permet de rester dans le jeu.

Johnny Loftus est un écrivain et un éditeur indépendant qui vit en liberté à Chicago. Son travail a été publié dans The Village Voice, All Music Guide, Pitchfork Media et Nicki Swift. Suivez-le sur Twitter : @glennganges

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *