• 2 janvier 2023

Le regarder en streaming ou le sauter ?

La crosse peut être considérée comme un sport de niche par beaucoup, mais dans cette niche, Paul Rabil était considéré comme le Michael Jordan du sport. Il accumulait les contrats de sponsoring et les vues sur YouTube, mais son rêve était de faire de la crosse le prochain grand sport professionnel américain. Sur Le destin d’un sportun documentaire d’ESPN Films diffusé sur Hulu, nous voyons la lutte que mène Rabil depuis plus de dix ans pour que ce sport soit pris au sérieux.

L’essentiel : La création d’une nouvelle ligue sportive n’est pas une mince affaire. C’est d’autant plus difficile lorsque ce sport est considéré par beaucoup comme un sport de niche, la province des écoles préparatoires et des collèges d’élite. Mais cela n’a pas découragé Paul Rabil, qui rêvait de faire de la Premier League Lacrosse une ligue professionnelle viable. Il a vu que d’autres avaient échoué auparavant, et il était déterminé à ne pas échouer ; dans Le destin d’un sport, nous voyons ses efforts pour réaliser son rêve.

Quels sont les films que cela vous rappellera ? Le destin d’un sport a l’ADN familier d’autres documentaires produits par ESPN, avec une structure et un style de production similaires à ceux de nombreux autres produits du leader mondial du sport, tels que les films suivants 30 pour 30 série de films.

Une performance qui vaut la peine d’être vue : Rabil est la star du spectacle ici, mais il y a un contexte important apporté par un certain nombre de voix éminentes dans le monde du sport, des rédacteurs sportifs et podcasters d’ESPN aux figures expérimentées du monde de la crosse. C’est l’histoire de Rabil, mais il ne la raconte pas tout seul.

Dialogue mémorable : « Il y a une belle histoire dans ce jeu », note l’acteur et ancien joueur de crosse universitaire Jeffrey Wright, « La crosse, c’est juste du slashing, à fond, il faut juste y aller et survivre à la folie. »

Le sexe et la peau : Aucun.

Photo : ESPN

Notre prise : Faire de la crosse un sport professionnel peut sembler une utopie, mais Paul Rabil n’était pas le premier à essayer. La Major League Lacrosse a été fondée en 2001 et a fonctionné pendant deux décennies, mais elle était en proie aux problèmes d’une startup sportive. Les joueurs étaient si peu payés que la quasi-totalité d’entre eux devaient conserver un emploi en plus de leur carrière sportive. Mais Paul Rabil – l’un des plus grands noms de ce sport aujourd’hui – était déterminé à changer ce paradigme. Il était déterminé à apporter à ce sport le respect qu’il pensait mériter, à s’asseoir aux côtés du football, du basket-ball, du base-ball, du hockey et du football en tant que véritable sport professionnel nord-américain.

Les mêmes problèmes qui ont freiné la Major League Lacrosse, y compris la perception répandue que la crosse – une adaptation d’un jeu amérindien qui est en fait le plus ancien sport encore pratiqué en Amérique – est un jeu de « garçon blanc », la province des garçons de fraternité dans les collèges d’élite privés du Nord-Est, quelque chose que le grand public ne pouvait pas comprendre.

Rabil a vu l’attrait du jeu – un jeu rapide, de haute intensité, en mouvement constant comme le football, avec une stratégie offensive comparable au basket-ball et une violence comparable au football – comme quelque chose qui pouvait capter l’imagination du public.

Son rêve ne se réalisait pas dans le vide, cependant – malgré les défauts qu’il voyait dans le modèle de la Major League Lacrosse, cette ligue existait toujours au moment où il cherchait à lancer sa propre Premier Lacrosse League, ce qui signifie qu’il faisait face à une concurrence intense non seulement pour le nombre limité de spectateurs, mais aussi pour les joueurs dont il aurait besoin pour réussir. « Pourquoi lancer quelque chose et commencer avec des ennemis ? », spécule Brendan Kelly, le propriétaire des Chesapeake Bayhawks, une équipe de la MLL existante, « Vous ne faites que diviser… éliminer la moitié de vos supporters. »

Cette lutte – à la fois entre la MLL existante et la PLL naissante de Rabil, et entre le succès et l’insignifiance du sport en général – constitue l’épine dorsale dramatique du film Le destin d’un sport. Il existe une petite fenêtre pour que le sport réussisse à grande échelle, et Rabil pourrait être le visionnaire qui l’amène à la terre promise, ou la clé qui bloque toute la machine.

Notre appel : SAUTEZ-LE. Le destin d’un sport est un documentaire intelligent et bien construit qui raconte bien son histoire, mais, comme l’a constaté Rabil, si vous n’êtes pas déjà un fan de crosse, il ne vous intéressera probablement pas beaucoup.

Scott Hines est un architecte, blogueur et internaute compétent basé à Louisville, dans le Kentucky, qui publie la très appréciée Action Cookbook Newsletter.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *