• 3 janvier 2023

Le regarder en streaming ou le sauter ?

Quel genre de série préférez-vous regarder ? Une série policière avec une affaire compliquée au centre, mais des personnages ordinaires plats avec très peu d’histoire (c’est-à-dire la plupart des séries de CBS depuis une vingtaine d’années), ou une série où les mystères sont inégaux, mais où les personnages ordinaires ont une histoire riche et profonde ? Nous sommes fans de cette dernière catégorie, c’est pourquoi nous nous sommes accrochés à des séries telles que Elementary et une grande partie de ce qui était diffusé sur USA au cours de quelques saisons difficiles. Une nouvelle série d’ABC, basée sur une série de romans de Karin Slaughter, s’inscrit dans la même veine.

WILL TRENT : LE REGARDER EN STREAMING OU LE SAUTER ?

Coup d’ouverture : « Ansley Park, Atlanta, Géorgie ». Une femme en tenue de tennis hurle après son mari qui l’a trompée pour la énième fois ; lorsqu’elle arrive à la porte de leur maison, elle se fige en voyant du verre brisé.

L’essentiel : La femme, Abigail Bentley (guest star Jennifer Morrison) trouve ce qu’elle pense être le corps de sa fille, puis lutte avec celui qu’elle pense l’avoir poignardée à mort dans les escaliers, et finit par l’étrangler avec une raquette de tennis.

Nous retrouvons ensuite Will Trent (Ramón Rodríguez), agent spécial du Georgia Bureau of Investigation, qui tente de ramener au refuge local Betty, le petit chihuahua que son voisin a laissé derrière lui lorsqu’il a déménagé. Mais comme ils ne peuvent pas confirmer qu’il s’agit d’un refuge pour animaux non-mortels, il ramène le petit chien chez lui. Sa patronne au GBI, Amanda Wagner (Sonja Sohn), l’amène à la maison pour lire la scène de crime, une faveur pour le gouverneur. La police d’Atlanta est totalement hostile à Trent, étant donné que sa dernière grande affaire concernait la corruption au sein de l’APD, ce qui a entraîné l’arrestation et la démission de plusieurs de leurs collègues.

Quand il regarde la scène, il se rend compte que certaines choses ne vont pas. Mais lorsque le père de la fille, le propriétaire d’une concession automobile, Paul Campano (invité Mark-Paul Gosselaar), arrive et dit à Will que ce n’est pas sa fille, Will réalise que la fille de Campano et de Bentley a été kidnappée. Alors, même si le GBI n’enquête pas sur les homicides et que Trent n’a jamais été confronté à un cas d’enlèvement, Amanda laisse son meilleur inspecteur s’en occuper. Elle élève également la détective de l’APD Faith Mitchell (Iantha Richardson) au statut d’agent temporaire pour faire équipe avec lui ; elle est une amie de la famille et sait que Faith sera un bon complément aux compétences uniques de Trent.

Lorsque Campano appelle Trent « Trash », faisant allusion au fait que Trent a été trouvé dans une benne à ordures lorsqu’il était bébé, nous commençons à comprendre l’éducation difficile que Trent a reçue dans le système d’accueil d’Atlanta. Cela fait également allusion au fait que ces deux-là se connaissaient ; ils ont tous deux vécu dans le même foyer lorsqu’ils étaient enfants, et Campano était une énorme brute.

Il y a aussi quelqu’un d’autre qui partage l’expérience du foyer de Trent : L’inspecteur de police Angie Polaski (Erika Christensen). Ils sont en couple depuis leur séjour en foyer, mais elle est aussi son plus grand soutien. Elle sait qu’il a du mal à lire à cause de sa dyslexie, et il a imaginé des moyens ingénieux pour contourner ce problème, comme prendre ses notes sur un magnétophone. Elle a ses propres problèmes ; elle se rétablit alors qu’elle est sous couverture pour une opération antidrogue.

Photo : Kim Simms/ABC

A quelles émissions cela vous rappellera-t-il ? Will Trent, basé sur la série de romans populaires de Karin Slaughter, a le sentiment d’être une série policière à l’ancienne de USA ou TNT, qui se concentre davantage sur les personnages et moins sur le mystère. Trent a également un sens de l’humour qui nous rappelle des séries comme Monk, Psych ou Rizzoli &amp ; Isles.

Notre avis : Mettons tout de suite les choses au clair : Les mystères des deux premiers épisodes de Will Trent ne s’assemblent pas vraiment bien. Il y a le mystère global de l’adolescente kidnappée, qui gaspille le talent de Morrison dans son rôle d’invitée. Mais dans chaque épisode, il y a aussi une affaire impliquant Polaski, d’abord dans son rôle d’infiltrée, puis dans le deuxième épisode dans sa nouvelle position d’inspecteur à la criminelle, en binôme avec l’inspecteur Michael Ormewood (Jake McLaughlin), avec qui elle semble aussi avoir une histoire.

Les mystères de chaque affaire sont relativement simples, plus conçus pour nous présenter les personnages et leur histoire que pour être réellement intrigants en eux-mêmes. Si telle est l’intention de Liz Heldens et Daniel T. Thomsen, qui ont développé la série à partir du roman (Slaughter est également PE), cela nous convient parfaitement. Le personnage de Trent est assez bien établi dans les deux premiers épisodes, y compris son handicap de lecture et son éducation difficile ; cela le rend beaucoup plus profond que les bizarreries qu’il affiche dans les premiers moments de la série.

Sa façon de s’habiller, le mouchoir qu’il porte sur lui, le fait qu’il n’écrit pas de notes, tout cela est habilement expliqué dans les deux premiers épisodes, et le portrait qu’en fait Rodroguez devrait s’étoffer au fil de la série. La seule chose que nous aimerions voir de la part de Rodríguez est qu’il maîtrise la voix de Trent, littéralement : Il y a eu des moments dans les deux premiers épisodes où il a pris l’accent « Southern Gentleman » et d’autres où l’accent n’était pas là et où il était juste lui-même. Il doit choisir une voie et être cohérent.

Nous obtenons également suffisamment de backstories de l’ensemble heureusement restreint pour être intrigués par la direction que sont censés prendre leurs personnages. Christensen est particulièrement bonne dans le rôle de Polaski, qui voit sa relation avec Will comme quelque chose de préjudiciable à l’avancement de sa vie, mais ils ont aussi un lien que peu de gens peuvent partager. Mais nous avons également apprécié sa performance nuancée, ce qui est souvent rare dans les séries de ce type.

En raison du développement des personnages étonnamment profond dans les deux premiers épisodes, nous serons heureux de suivre Trent, Polaski et compagnie à travers divers mystères médiocres, tout comme nous l’avons fait lorsque nous avons regardé Monk ou Élémentaire.

Le sexe et la peau : Trent et Polaski commencent à faire l’amour, mais Polaski garde son soutien-gorge (c’est ABC, après tout). La scène est plus destinée à montrer les nombreuses cicatrices que Trent a sur le haut du corps et que la seule personne à qui il fait confiance pour les voir est Polaski.

Parting Shot : Campano arrive au domicile de Trent au milieu de la nuit avec du sang sur sa chemise. Il prétend avoir tiré sur l’homme qui a kidnappé son daighter.

Sleeper Star : Iantha Richardson fait du bon travail dans le rôle de Faith, la nouvelle partenaire réticente qui reproche au détective « génial » toutes ses conneries, mais apprécie qu’il puisse voir ce que les autres détectives ne peuvent pas voir.

La ligne la plus pilote : Il y a un peu de confusion au milieu de l’épisode quand Trent se bat physiquement avec Campano au bureau du GBI, après lui avoir dit que l’ADN de Campano va être testé pour voir s’il a eu des relations sexuelles consenties avec l’adolescente qui est morte. Nous avons dû le regarder deux fois pour non seulement discerner le dialogue mais aussi comprendre l’intention de Trent.

Our Call : STREAM IT. Alors que la partie procédurale de Will Trent a besoin de beaucoup d’amélioration, les personnages sont tellement bien établis dès le départ que les deux premiers épisodes sont divertissants et nous donnent envie d’en voir plus.

Joel Keller (@joelkeller) écrit sur la nourriture, le divertissement, l’éducation des enfants et la technologie, mais il ne se voile pas la face : c’est un accro de la télé. Ses écrits ont été publiés dans le New York Times, Slate, Salon, RollingStone.com, VanityFair.com, Fast Company et ailleurs.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *