• 3 janvier 2023

Le regarder en streaming ou le sauter ?

Automne (désormais disponible en streaming sur des services de VOD comme Amazon Prime Video) est un film de série B classique à lieu unique, hyper concentré sur l’exploitation d’une seule peur élémentaire : les très, très grandes hauteurs (également connues sous le nom d’acrophobie). Ainsi, deux femmes grimpent au sommet d’un truc maigre très haut et nous endurons un certain nombre de moments EFF-THIS pendant la majeure partie des 107 minutes, et parfois, si c’est bien fait, c’est tout ce que vous attendez d’un film. Maintenant, voyons si Fall fait bien les choses.

AUTOMNE: LE REGARDER EN STREAMING OU LE SAUTER ?

L’essentiel : Certains les appellent des amateurs de sensations fortes, d’autres des maniaques : Trois êtres humains ne sont que des points sur une énorme falaise. Ils font de l’escalade, avec des cordes, des harnais, des mousquetons et ces trucs d’ancrage, et ils n’ont pas peur du BEYOTCH ! Becky (Grace Caroline Currey) et Dan (Mason Gooding) sont un gentil couple de jeunes mariés qui se bécotent en se balançant, et Shiloh (Virginia Gardner) est la folle qu’ils appellent en plaisantant « Ethan Hunt ». Mais il y a un incident, et l’appeler simplement un « incident » est comme dire que la Seconde Guerre mondiale n’est qu’une chose qui s’est produite une fois. Dan dérape. Plummet. Crie. Et à partir de là, on ne peut que faire des suppositions : Il s’est écrasé et a cessé d’être en vie.

SOUS-TITRE : 51 SEMAINES PLUS TARD. Becky, bien qu’elle soit une Zillennial, a toujours un répondeur téléphonique, ce qui pourrait être le plus grand test du film pour notre suspension d’incrédulité, et croyez-moi, il y a de vraies surprises à venir. Elle reçoit un appel de son père inquiet (Jeffrey Dean Morgan). Elle n’est pas à la maison pour répondre car elle est de nouveau au bar. Au fond d’une bouteille. Croquée. On devine qu’elle est déprimée avant même de voir ses yeux blafards en berne, car des boîtes de pizza vides et des emballages de plats à emporter jonchent sa maison. Il y a aussi une bouteille de pilules dans l’armoire à alcool. Elle les jette sur le comptoir, et contemple. Tout près, une boîte en carton avec une grande étiquette dessus : RESTES DE CRÉMATION. C’est tout ce qu’il reste de ce pauvre Dan. Et il ne reste pas grand-chose de la pauvre Becky, non plus.

Elle a vraiment besoin de quelque chose pour secouer ce funk brutal, et Shiloh a une idée géniale : Ils vont aller jusqu’à cette vieille tour de télévision rouillée de 2 000 pieds dans le désert et l’escalader. Ainsi, Becky pourra regarder ses peurs en face jusqu’à ce qu’elles pleurent, puis disperser les cendres de Dan au vent. Shiloh est une cascadeuse professionnelle de YouTube connue sous le nom de Danger D, et c’est donc son travail d’être un idiot ennuyeux. Elle enfile donc son soutien-gorge push-up le plus décolleté, attrape Becky et s’élance, l’échelle est bancale et oxydée, le vent gémit, et ont-elles mis assez de crème solaire ? Ces filles blanches sont pale.

Notamment – et quand je dis « notamment », je veux dire « quelqu’un veut nous marteler le crâne avec un quasi-symbolisme » – avant d’arriver à grimper, ils voient des vautours qui grignotent les entrailles de pauvres animaux morts. Maintenant, quel genre de vautours sont-ils ? Eh bien, ce sont des vautours de mauvais augure, bien sûr. Il n’y a pas d’autres espèces de vautours, ou d’autres types de présages, dans des films comme celui-ci. Et donc Becky et Shiloh montent au sommet et prennent des selfies de malade et des images de drone et redescendent et vivent heureux pour toujours avec tous les likes et les clics dont ils pourraient avoir besoin pour nourrir et satisfaire leurs âmes. Non ! En fait, ils grimpent au sommet, glissent sur du caca de vautour frais et tombent vers le bas, vers leur horrible mort. Non ! Je ne vais pas vous gâcher ça, vous devez souffrir pendant plus d’une heure d’acrophobie pour savoir ce qui se passe !

Photo : Lionsgate

Quels films vous rappelleront ce film ? Vertigomais dépouillé de manière très, très, très, très basse. Mais ça me rappelle plus 47 Meters Downdans lequel Mandy Moore et Claire Holt sont assises au fond de l’océan et tentent de ne pas se faire dévorer par un requin meurtrier, ou encore Frozendans lequel un trio de skieurs se retrouve coincé sur un télésiège pendant un long week-end.

Une performance qui mérite d’être regardée : Curry et Gardner sont parfaitement bien ici à faire le peu qu’on leur demande. Utilisons donc cet espace pour faire l’éloge de ces vautours, car nous avons si peu d’occasions de le faire.

Dialogue mémorable : Shiloh fait un bon hurlement de menace double car il fonctionne à la fois dans et hors contexte : « Les vautours, ils peuvent sentir ta jambe. »

Sexe et peau : Aucun :

Notre avis : Automne est manifestement un film écrit par des membres de la génération X qui s’insurgent contre la folie des jeunes générations qui veulent être des idiots pour tenter d’assouvir la faim insatiable d’Internet. Le monde cruel et dur – symbolisé par les Vautours de mauvais augure, bien sûr – vous punira pour votre quête téméraire de la gloire des mèmes, jeunes écervelés ! En résumé : Ne soyez pas stupides, idiots de la génération Z !

Est-ce que je lis trop dans le sous-texte ici ? Peut-être que la question la plus importante est de savoir pourquoi le « rebondissement moderne » dans un bon vieux thriller pour crétins à petit budget doit toujours impliquer la technologie et/ou les médias sociaux ? Est-ce que cela fonctionne comme une énième missive métaphorique sur la façon dont Internet va nous tuer ? Je soupire, surtout dans le contexte d’un film qui insiste pour que son protagoniste d’une vingtaine d’années ait un téléphone fixe. Et à cela, je réponds : « Soyez réalistes, bande d’accapareurs d’Hollywood » !

Pour être juste, à un niveau superficiel – et soyons honnêtes, c’est le niveau sur lequel le film est basé. Fall est censé fonctionner – le réalisateur Scott Mann exploite efficacement tous les éléments qui vous feront serrer les fesses pendant que nos protagonistes font des choses désespérées et/ou téméraires : Des boulons desserrés qui cliquettent sur des échelles branlantes, un silence troublant, une bande sonore angoissante, les yeux froids de vautours insensibles. Il sait comment manipuler efficacement les peurs primaires de son public. Le film souffre de problèmes de rythme alors qu’il s’amuse avec une intrigue secondaire inutile destinée à nous faire nous intéresser à autre chose qu’à la survie des personnages ; ce genre de truc simple et stupide devrait se terminer à 85 minutes. Et puis Mann chie un peu dans le lit à la fin, passant du niveau d’incrédulité UH HUH à un NAH pur et simple, bien que ce soit suffisamment risible pour être divertissant. Ça pourrait être pire, c’est ce que je dis. Bien pire.

Notre appel : STREAM IT. Venez pour les émojis des dents serrées, restez pour les LOL.

John Serba est un écrivain indépendant et un critique de cinéma basé à Grand Rapids, dans le Michigan. Vous pouvez lire la suite de son travail sur johnserbaatlarge.com.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *