• 5 janvier 2023

Le regarder en streaming ou le sauter ?

Madoff : Le monstre de Wall Street est une série documentaire en quatre parties, réalisée par Joe Berlinger, sur les origines de la chaîne de Ponzi qui a escroqué des milliards de dollars aux investisseurs, grands et petits, et qui a conduit à son arrestation lors de l’effondrement financier de 2008. Grâce à des images d’archives, dont une déposition en prison faite par Madoff lui-même lors du procès de ses victimes, des entretiens avec des employés de Madoff et des journalistes financiers, et des reconstitutions dramatiques, nous obtenons une image plus claire des origines de la chaîne de Ponzi de Madoff et de ses motivations.

Coup d’ouverture : Un regard sur un terrain de golf dans un country club en bord de mer. Un des investisseurs de Bernie Madoff parle de sa rencontre avec Bernie et Ruth Madoff au club en 2005, et de sa mère qui dit que Bernie ne l’a jamais regardée dans les yeux.

L’essentiel : Le premier épisode évoque les débuts de Madoff dans le trading d’actions de gré à gré au début des années 60, aux côtés de sa jeune femme Ruth. Il aborde également les débuts d’une entreprise de conseil en investissement qu’il exploitait en parallèle. Il y a eu un incident au cours duquel il a subi une énorme perte et a emprunté de l’argent à son beau-père pour rembourser les investisseurs ; il pense qu’il préfère être un menteur plutôt qu’un raté.

Mais le commerce légitime des actions a décollé en même temps que son activité de conseil, qui avait deux comptables qui lui recrutaient constamment de nouveaux investisseurs. Il est passé des transactions de gré à gré, participant finalement à la fondation de l’indice Nasdaq, à une maison de commerce « teneur de marché », servant d’intermédiaire lors des transactions boursières. Il a été le premier à utiliser l’informatique pour accélérer les transactions. Il a été l’une des rares maisons de courtage à rester ouvertes pendant et après le krach boursier du lundi noir en 1987.

Malgré son ascension dans les rangs du monde boursier, Madoff a poursuivi son activité de conseil, même s’il n’a jamais investi d’argent et s’est contenté d’utiliser l’argent des nouveaux investisseurs pour payer des « retours » aux investisseurs existants. Même après que les comptables qui lui ont apporté l’affaire aient été arrêtés par la SEC en 1992, il a réussi à obtenir les centaines de millions dont il avait besoin pour rembourser les investisseurs, et ces derniers ont travaillé directement avec lui. La SEC a clos son enquête sur lui pendant cette période où il a donné à l’agence de fausses déclarations d’investissement.

Photo : Netflix

A quelles émissions cela vous rappellera-t-il ? Madoff : Le monstre de Wall Street ressemble définitivement à un documentaire réalisé par Berlinger, avec une grande quantité de reconstitutions et une ambiance un peu sensationnaliste. Voir Conversations avec un tueur : Les enregistrements de Jeffrey Dahmer comme un exemple de ceci.

Notre avis : L’un des principaux aspects de l’affaire Bernie Madoff que la plupart des gens ne comprennent pas, c’est comment la chaîne de Ponzi qu’il dirigeait a pris une telle ampleur et comment il a réussi à convaincre tant d’investisseurs – petits et grands – d’y participer. Il ne faut pas oublier que les personnes qui ont perdu de l’argent à cause de Madoff allaient des retraités de Floride qui lui donnaient leur pécule aux anciens propriétaires des Mets de New York. Madoff : Le monstre de Wall Street explique bien en quoi consistait la chaîne de Ponzi de Madoff et comment il l’a maintenue. Nous aurions simplement souhaité que Berlinger ne s’encombre pas de reconstitutions.

L’histoire de Madoff, et l’histoire des personnes qui lui ont confié leurs économies, est assez fascinante en soi. Après tout, il s’agit d’un homme qui est devenu l’une des personnalités les plus respectées du monde de la finance, mais qui a décidé qu’il valait la peine de poursuivre cette chaîne de Ponzi pendant des décennies, soit par égoïsme, soit par sociopathie, soit par désir de ne pas être considéré comme un échec. L’autre côté de la médaille, ce sont les personnes qui, voyant les rendements réguliers et relativement importants que Madoff promettait, n’ont jamais tiré la sonnette d’alarme et ont continué à lui donner de l’argent. Comme l’a mentionné l’un des experts, cet aspect était motivé par la cupidité, même à petite échelle.

Il y a plus qu’assez d’images de Madoff, en particulier de la période où il était en procès, à sa déposition en prison, pour faire des visuels convaincants. Pourtant, nous avons été distraits par les nombreuses reconstitutions, et cela nous a semblé être beaucoup de poudre aux yeux pour ce qui était déjà une histoire assez intéressante.

Le sexe et la peau : Aucun.

Parting Shot : Une reconstitution du bureau de conseil désordonné et chaotique installé un étage en dessous du bureau de négociation immaculé. « C’est là que la chaîne de Ponzi allait se développer de façon exponentielle dans les années à venir, » dit un expert, « en une fraude sur les stéroïdes. »

Sleeper Star : Kate Carolan et Gordon Bennett étaient deux bons exemples de petits investisseurs dans le fonds de Madoff. Le couple a fait ce qu’il pensait être une diligence raisonnable sur Madoff, et il semblait aussi légal que possible. Aucune des informations concernant les rendements réguliers qui dépassaient le marché n’a déclenché de signaux d’alarme chez eux. Ils illustrent comment même des investisseurs avisés ont pu se laisser berner par l’apparente légitimité de Madoff et les rendements réguliers qu’il offrait.

La ligne la plus pilote : Nous avons été distraits par le fait que l’acteur qui joue Madoff, avec diverses perruques adaptées à son âge, ressemblait plus à Ben Stein qu’à Bernie Madoff.

Notre appel : STREAM IT. Malgré les reconstitutions distrayantes, Madoff : Le monstre de Wall Street transmet beaucoup d’informations utiles sur la psyché de Madoff, la structure de sa chaîne de Ponzi et les raisons pour lesquelles les gens ont investi dans cette chaîne.

Joel Keller (@joelkeller) écrit sur la nourriture, le divertissement, l’éducation des enfants et la technologie, mais il ne se voile pas la face : c’est un accro de la télé. Ses écrits ont été publiés dans le New York Times, Slate, Salon, RollingStone.com, VanityFair.com, Fast Company et ailleurs.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *