• 5 janvier 2023

Le regarder en streaming ou le sauter ?

Les histoires de passage à l’âge adulte impliquent toujours des conflits familiaux, principalement parce que les familles ne semblent jamais prêtes à voir leurs enfants, autrefois petits, devenir de jeunes adultes indépendants qui font leurs propres erreurs. Dans une nouvelle série italienne de Netflix, une adolescente du Naples des années 1990 insère son histoire de passage à l’âge adulte au milieu d’une querelle familiale déjà virulente. Disons simplement qu’elle ne va probablement pas rapprocher les deux parties.

Coup d’ouverture : Un bracelet flotte au fond d’une eau verte et trouble. Une adolescente, vêtue d’un t-shirt, d’un short et de chaussettes, nage vers le fond pour l’attraper, puis finit par le laisser partir.

L’essentiel : Dans le Naples des années 1990, Giovanna (Giordana Marengo) est une adolescente qui a des difficultés à l’école. Lorsque sa mère Nella (Pina Turco) énumère les mauvais bulletins de notes au père de Giovanna, Andrea (Alessandro Preziosi), celui-ci met le doigt sur le problème : Giovanna commence à ressembler à sa sœur Vittoria (Valeria Golino). Giovanna entend cela et s’inquiète.

Elle n’a aucune idée de l’apparence de sa tante Vittoria, mais Andrea a masqué son visage sur toutes les photos qu’il a prises d’elle. Elle dit à sa mère qu’elle veut rencontrer sa tante, et Nella lui montre où elle vit sur une carte, dans un quartier de Naples où Giovanna n’est jamais allée. Andrea accepte de l’emmener, en invoquant le fait qu’elle découvrira qu’elle n’a rien à voir avec Vittoria, qu’Andrea a trouvé manipulatrice avec les personnes qui lui sont chères ; c’est pourquoi il l’a écartée de sa vie.

Après s’être rendue dans une boîte de nuit avec son amie Angela (Rossella Gamba) et s’être bagarrée avec une partie de la foule, Giovanna explique à Andrea où elle se rend, dans un quartier plus industriel et plus rude de la ville.

Andrea emmène sa fille voir Vittoria. Nous ne voyons pas leur interaction au début, et elle dit à son père sur le chemin du retour qu’elle ne reverra pas Vittoria, mais quand nous voyons leur visite, c’est une autre histoire. Vittoria est pleine de vie, pressant littéralement et figurativement tout le jus d’une orange. Elle se plaint passionnément qu’Andrea est trop préoccupé par le matérialisme et sa carrière universitaire, et n’apprécie pas un esprit libre artistique comme elle. Vittoria parle à Giovanna du bracelet qu’elle lui a offert à sa naissance, pour qu’elle le porte quand elle serait plus grande. Elles dansent toutes les deux sur le toit de l’immeuble de Vittoria. Il ne fait aucun doute que Giovanna va lui rendre visite à nouveau.

Photo : EDUARDO CASTALDO/NETFLIX

A quelles émissions cela va-t-il vous faire penser ? A sa manière très européenne, La vie de mensonge des adultes nous rappelle Le Lacoù une adolescente grandit avec un parent dont elle ignorait l’existence. Le Lac est beaucoup plus drôle et rapide, mais les thèmes des deux spectacles sont similaires.

Notre avis : Basé sur le roman du même nom d’Elena Ferrante, La vie de mensonge des adultes se déroule définitivement à son propre rythme. Il ne se passe pas grand-chose dans le premier épisode, mais sa durée est de presque une heure. Nous avons des scènes où Giovanna regarde son quartier dans les hauteurs de Naples, des scènes où des gens montent et descendent des voitures, et d’autres scènes qui n’enlèveraient rien à l’intrigue si elles étaient coupées.

Ferrante, qui fait partie des PE qui ont adapté son roman, et le metteur en scène Edoardo De Angelis veulent donner à la série cette ambiance atmosphérique, essentiellement pour montrer que la Naples étriquée où vivent Giovanna et sa famille est complètement différente des bidonvilles animés où vit Vittroria. Giovanna va atteindre l’âge adulte dans les deux versions de la ville, et le temps qu’elle passe avec sa tante risque de bouleverser sa relation avec son père.

La série aurait-elle pu être racontée en moins d’épisodes ? Probablement. À certains moments du premier épisode, nous nous sommes désintéressés de ce qui se passait à l’écran, car il ne se passait pas grand-chose. Et nous n’avons pas vraiment apprécié l’idée que le père de Giovanna compare sa fille à une sœur pour laquelle il a manifestement un immense mépris ; c’est une mise en place un peu bancale pour la rencontre entre Giovanna et Vittoria.

Mais la dynamique familiale en jeu ici est trop intéressante pour être ignorée. Nous savons qu’Andrea et Vittoria sont des opposés polaires, et les choses qu’ils disent l’un sur l’autre semblent avoir des lambeaux de vérité, mais sont également colorées par des années de colère et de récriminations. Avec Giovanna qui se place au milieu de cette querelle, il sera fascinant de voir comment la querelle s’accélère.

Le sexe et la peau : Dans la scène d’introduction où Giovanna nage pour le bracelet en pyjama, son t-shirt remonte presque nonchalamment, exposant sa poitrine nue. Nous sommes presque sûrs que ce n’est pas la dernière chose de cette catégorie que nous verrons dans cette série.

Parting Shot : Giovanna embrasse Vittoria lorsque sa tante lui annonce qu’elles rendront visite à son mari Enzo – qu’elle croit avoir été lésé par Andrea – là où il vit, « dans le cimetière ».

Sleeper Star : Pina Turco, dans le rôle de Nella, la mère de Giovanna, a dû subir cette querelle plus longtemps que quiconque, et on se demande si elle est vraiment du côté de son mari dans toute cette histoire.

La ligne la plus pilote : Les amies de GIovanna, Angela et Ida (Azzurra Mennella), lui disent qu’elle devient un peu laide. Ida précise que « ton corps est beau. Peut-être que tu deviens un peu laide à cause de tes soucis. Mais c’est tout ». Nous comprenons que les amis doivent être honnêtes, mais c’est un peu… trop honnête.

Notre appel : STREAM IT. Malgré son rythme très décontracté, La vie de mensonge des adultes a une histoire de famille intéressante au cœur de laquelle se trouve la façon dont le personnage principal atteint l’âge adulte.

Joel Keller (@joelkeller) écrit sur la nourriture, le divertissement, l’éducation des enfants et la technologie, mais il ne se voile pas la face : c’est un accro de la télé. Ses écrits ont été publiés dans le New York Times, Slate, Salon, RollingStone.com, VanityFair.com, Fast Company et ailleurs.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *