• 5 janvier 2023

Le regarder en streaming ou le sauter ?

L’Invitation est arrivé et reparti sans grand bruit dans les salles de cinéma, se plaçant en tête du box-office avec l’un des plus faibles montants du week-end depuis des années lors de sa sortie à la fin de l’été 2022. Mais il ouvre l’année 2023 en brûlant le palmarès de Netflix. Devriez-vous réserver votre place pour la première grande fête de l’épouvante de l’année ?

L’essentiel : « Tout se termine ici … avec moi, » commence L’Invitation. Le film s’ouvre sur un prologue impliquant une femme qui se pend au balcon d’un manoir anglais. Coupez à : Evelyn Jackson (Nathalie Emmanuel) – Evie en abrégé – est une jeune femme noire contemporaine qui fait de la restauration la nuit et de la céramique au crépuscule. Se sentant isolée après le départ de ses deux parents et aliénée par le monde des rencontres new-yorkais, elle enquête sur l’histoire de sa famille par le biais d’un test ADN et découvre un héritage majestueux de l’autre côté de l’étang. Sur l’ordre d’un cousin anglais accommodant, Hugh Alexander (Hugh Skinner), elle accepte une invitation à assister à un mariage familial au domaine de New Carfax Abbey.

Les choses commencent tout de suite mal pour Evie après qu’elle ait heurté le personnel et brisé du verre. Mais avant qu’elle ne soit trop embarrassée ou honteuse, Evie attire l’attention du seigneur du manoir, Walter De Ville (Thomas Doherty). Ce fringant célibataire se prend immédiatement d’affection pour l’invitée surprise, suscitant la colère et l’ire des élites aristocratiques réunies pour la fête. Evie ressent des vibrations étranges, voire sinistres, de la part des hôtes. Mais tout change lorsqu’elle commence à halluciner la figure présentée au début du film, comme si la maison lui transmettait une sorte de mémoire sensorielle. Il y a quelque chose d’étrange dans ce rassemblement des trois familles, et Evie n’arrive pas à comprendre comment elle peut jouer un rôle dans les manigances apparemment surnaturelles qui se déroulent. L’argent, comme elle le découvre, est aussi épais que le sang.

Photo : ©Sony Pictures/Courtesy Everett Collection

Quels sont les films que cela vous rappellera ? Si vous êtes le genre de personne qui sait ce qu’est un « film Screen Gems » quand vous voyez le logo sur ce film d’horreur, vous savez déjà tout ce que vous devez savoir sur… The Invitation. Mais pour être un peu plus spécifique au contenu, le protagoniste noir naviguant dans un espace traditionnellement blanc est Get Out et il y a même un meilleur ami qui vient nous voir de loin pour renforcer la ressemblance. Le décor du manoir rappelle également les frissons de genre de Ready or Not et même Spencer alors qu’une femme sans méfiance pénètre dans un environnement palatial et sent toute une famille puissante se retourner contre elle.

Une performance qui mérite d’être vue : Alors que c’est Emmanuel qui doit porter L’Invitationc’est l’étouffement de Thomas Doherty qui vole la vedette. Il a une sorte d’effet Jude Law dans le rôle de l’impudent seigneur du manoir. Si Walter De Ville peut parfois donner l’impression d’être un fac-similé de Dickie Greenleaf, la création cinématographique indélébile de Law dans Le talentueux M. Ripleyc’est probablement parce que le personnage a étudié ces figures pour masquer ses véritables intentions. Doherty prend plaisir à se faufiler sur la fine ligne qui sépare le glauque du charisme, et il est l’une des rares sources de tension véritable du film.

Dialogue mémorable : « Nous ne sommes pas parents, n’est-ce pas ? » Evie demande à son cousin Hugh à propos de Walter alors qu’elle a un peu le béguin. « Pas le moins du monde », répond-il, ce à quoi Evie, normalement sûre d’elle, répond maladroitement (et drôlement) : « Oui, d’accord. J’étais, tu sais, juste… pour être sûre. »

Sexe et peau : Walter propose à Evie de rester dans sa chambre – et dans son lit – lorsqu’elle est effrayée par la première perception des fantômes, mais leur cœur à cœur ne va jamais jusqu’au corps à corps. Les deux hommes finissent par s’embrasser plus tard dans le film, mais leurs parties intimes sont habilement dissimulées lors de leur conversation post-coïtale. Le bref morceau de peau que l’on voit dans le film provient d’une journée au spa où l’on aperçoit le derrière d’une nageuse nue dans la piscine.

Notre avis : Ni la mise en scène de Jessica M. Thompson ni le scénario de Blair Butler ne trouvent jamais la bonne longueur d’onde pour… The Invitation. Ils ne savent pas comment combiner les différentes tonalités et les différents genres requis par l’histoire, ce qui donne une impression de maladresse. Le film n’arrive pas non plus à faire sa grande révélation, ce qui fait que le dernier acte tombe à plat. Il s’agit d’un travail de choix incroyablement évidents – le grattage d’un tourne-disque laisse présager une frayeur fantomatique ; un premier baiser est accompagné d’un feu d’artifice parfaitement synchronisé. Tout élément qui vise à donner un sens plus profond, comme le drame de l’étage inférieur de la propriété, ne sert qu’à montrer à quel point la recherche de l’effroi et du sexe est superficielle.

Notre appel : SAUTEZ-LE. Vous pouvez attendre la brève période pendant laquelle L’Invitation s’envole au sommet du palmarès de Netflix – il est peu probable que beaucoup se souviennent de ce film d’horreur mou dans une semaine. Vous feriez mieux de regarder « par erreur » le dernier film qui partageait ce titre (la version 2016 de Karyn Kusama), car ce film vous donnerait en fait le genre de choses que vous espérez recevoir en appuyant sur play sur cette brève sensation.

Marshall Shaffer est un journaliste indépendant spécialisé dans le cinéma, basé à New York. Outre Decider, son travail a également été publié sur Slashfilm, Slant, Little White Lies et de nombreux autres sites. Un jour, tout le monde se rendra compte à quel point il a raison à propos de… Spring Breakers.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *