• 6 janvier 2023

Le regarder en streaming ou le sauter ?

Christian Bale et le réalisateur Scott Cooper font équipe pour la troisième fois dans… The Pale Blue Eyeun roman policier du 19e siècle tout aussi sombre et lugubre que leurs films précédents, le drame policier en col bleu. Out of the Furnace et le western grinçant Hostiles. Pâle est une adaptation du roman de fiction historique de Louis Bayard, avec Bale dans le rôle d’un détective enquêtant sur la mort d’un cadet de West Point. Son apprenti/assistant n’est autre qu’un jeune Edgar Allan Poe, interprété par Harry Melling – ce qui nous amène bien sûr à nous demander si le film est bon ou si nous ne ferons que citer le corbeau.

L’essentiel : Un hiver gris dans le nord-est. Le plus gris, peut-être. Un homme, pendu. Un autre homme, toujours vivant : Augustus Landor (Bale), même si on se demande s’il ne veut pas l’être. Vivant, bien sûr. Ou Augustus Landor. Il a l’air d’un type misérable et solitaire. Un veuf. Sa fille, partie. R-U-N-N-O-F-T, dit-il. Son métier, c’est la mort, il enquête sur elle. Fouiner pour trouver des indices. Il attrape les coupables. Il a une réputation pour ça. Une bonne réputation. Il est appelé à l’académie militaire de West Point. Le pendu ? Un étudiant, un futur soldat. Ce n’était pas un suicide. Non, ses pieds touchaient le sol. Ses ongles étaient en lambeaux à force de s’agripper au noeud coulant. Une contusion à l’arrière de sa tête. Et il y a le problème de son coeur. Il a été découpé, avec une certaine précision. Ce n’est pas… habituel. Le coeur racontera-t-il l’histoire ? NOUS VERRONS. Nous sommes en 1830.

Landor est sous les ordres d’un couple de bourreaux aigris, le Capitaine Hitchcock (Simon McBurney) et le Commissaire Thayer (Timothy Spall). Ces hommes ont pour habitude de froncer les sourcils, un effet secondaire probable de la vie militaire. Ils savent que Landor est bon dans son travail ; ils savent aussi qu’il a tendance à s’enivrer. « Pas d’alcool », tel est l’avertissement, et quelques battements plus tard, il entre dans la taverne locale pour boire une gorgée. Là, il rencontre un drôle de monsieur qui se présente comme « Poe ». E.A. Poe. Edgar A. Poe », ce qui est assez drôle pour nous, mais pas forcément pour Landor. Je ne pense pas que quoi que ce soit est drôle pour Landor, jamais.

Parlons de ce gamin. Poe est un jeune cadet de West Point qui, au premier coup d’oeil, semble voué à se faire recaler plus tôt que prévu. Il admet être un poète dont la mère décédée lui dicte des vers dans ses rêves, ce qui est, vous savez, intéressant. Il n’a pas exactement l’étoffe d’un soldat de premier ordre – et est donc parfait pour être l’homme de Landor à l’intérieur. Il offre à Poe un travail qui ne lui rapportera ni argent ni reconnaissance et qui ne l’attachera à personne. Poe accepte. On a l’impression que personne n’aime ce cinglé de toute façon. Mais nous, si. Pour sûr. Il est un peu ennuyeux, un peu lourd avec son look-ma-je-suis-poète, un peu trop enclin à afficher ses excentricités, mais c’est un vrai cinglé qui n’est pas du tout un frère militaire mariné dans un nuage humide de ses propres pets machistes.

Ils se mettent à fouiner. Poe se mêle à ses camarades cadets qui se ressemblent tous avec leurs stupides tenues à double boutonnage en laiton, leurs pommettes ciselées et leurs larges favoris. Landor discute avec le médecin du campus, le Dr Daniel Marquis (Toby Jones) et sa famille : son fils Artemus (Harry Lawtey), un cadet, sa fille Lea (Lucy Boynton), une pauvre fille malade, et sa femme Julia (Gillian Anderson), une sorte de folle. Poe propose à Lea un rendez-vous pour une promenade hivernale dans le cimetière, et elle accepte, car Poe comprend qu’elle aussi « habite dans les domaines de la mélancolie ». Pendant ce temps, une vache et un mouton des environs sont retrouvés morts avec des cœurs découpés, suivis par un deuxième cadet, à qui il manque plus que son ticker. (Landor flaire quelque chose de satanique dans l’air, ce qui le conduit à un vieil homme grincheux, détenteur de connaissances occultes, qui a l’air de sentir comme un rat mort vieux de dix ans pris dans un piège, et qui est joué par Robert Duvall ( !). Lorsqu’il n’est pas en train de jouer les détectives, Landor se blottit contre une barmaid (Charlotte Gainsbourg) qui n’est pas assez développée, ou s’assoit dans son petit chalet en regardant tristement une vieille photo, en tripotant un ruban et en ayant des visions de sa charmante fille perdue depuis longtemps. Nous ne doutons pas qu’il parviendra à résoudre cette affaire, mais comment, et dans quel but ?

Photo : SCOTT GARFIELD/NETFLIX © 2022

Quels sont les films que ça vous rappellera? : L’œil bleu pâle ne prend pas autant de libertés historiques que Abraham Lincoln : Chasseur de Vampiresmais c’est un peu la même chose. Sinon, il a les bases narratives d’une aventure de Sherlock Holmes qui n’est pas réalisée par Guy Ritchie, et a quelques éléments en commun avec des mystères de néo-murtre tels que Knives Out et les reprises d’Agatha Christie de Kenneth Branagh (remarque : le sens de l’humour ne fait pas partie des points communs). En fin de compte, le film s’inscrit plus profondément dans le genre du drame policier dans lequel Cooper s’épanouit, avec un peu d’horreur dans la lignée de son film de créatures folkloriques de 2021. Antlers.

Une performance qui vaut la peine d’être vue : Christian Bale fait ce qu’il fait de mieux : Il maintient une base solide comme le roc pour le film, et ajoute habilement de la saveur à un scénario pauvre en personnages. Associez-le à un drôle d’acteur comme Melling – un acteur de caractère de carrière dont le meilleur travail est dans les films des frères Coen. La Tragédie de MacBeth et La ballade de Buster Scruggs – et ensemble, ils surmontent certains des défauts du film.

Dialogue mémorable : Hitchcock et Landor sont dans une impasse idéologique :

Hitchcock : Soyez votre norme, chaque crime commis par un chrétien sera une tache sur le Christ !

Landor : Et c’est ainsi.

Le sexe et la peau : Aucun. Tout le monde est si pâle de toute façon.

Notre prise : Vous ne pouvez pas nier The Pale Blue EyeL’atmosphère du film – la brume sort presque de l’écran et envahit votre salon. L’œil de Cooper pour les détails d’époque et son talent pour établir un ton sombre font du film une expérience immersive robuste, tout à fait conforme à ce que nous attendons de son travail. C’est un film compétent et très agréable à regarder, fort de toutes ses capacités techniques, de la partition émotive à l’éclairage magnifiquement funèbre, tout en bougies et huile de lampe brûlant dans des bruns sombres.

Également dans la lignée de la filmographie de Cooper, The Pale Blue Eye semble un peu trop se contenter de suivre le mouvement sur le plan narratif. Les personnages ne demandent qu’à avoir des arcs dramatiques plus forts, le contenu émotionnel n’est pas assez profond et les conflits politiques et idéologiques entre Landor et les gradés sont inchoatifs. Les performances sont uniformément fortes, tout le monde sauf Bale – il est la voix de la raison calme et posée ici, rappelez-vous – élevant leurs lectures à un niveau d’exagération divertissant (Anderson dépasse le eyeroll-o-mètre avec des manières exagérées). Cooper ne fait que barboter dans l’horreur, et cela ressemble plus à une affectation qu’à un engagement, et conduit à un acte final un peu trop hystérique pour son propre bien, et alourdi par une conclusion trop longue et trop soignée.

Pourtant, aucun de ces défauts ne brise le jeu. La fiction de genre, quelle que soit sa forme, est parfaitement divertissante en soi, surtout lorsqu’elle fait appel au style et à l’ambiance. On a parfois l’impression que le film de Cooper est à la veille de quelque chose de plus ambitieux et de plus littéraire, mais il ne semble pas intéressé à atteindre ce niveau de prétention. L’œil bleu pâle est assez bon pour son créneau dehodunit dépressif, mais n’offre pas grand-chose de plus.

Notre appel : The Pale Blue Eye est une histoire-mystère solide comme le roc. REGARDEZ-LE, mais ne vous attendez pas à vous en souvenir.

John Serba est un écrivain indépendant et un critique de cinéma basé à Grand Rapids, Michigan. Vous pouvez lire la suite de son travail sur johnserbaatlarge.com.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *