• 11 janvier 2023

Le regarder en streaming ou le sauter ?

Du département des 10 meilleurs films de Netflix, on trouve … 10 Minutes Goneun film d’action et de crime de 2019 avec Bruce Willis en vedette. en fait avec Michael Chiklis. Vous savez bien sûr qu’une grande partie des films relativement récents de Willis sont des thrillers d’action-crime en vidéo directe, en streaming et en obscurité. Vous savez sûrement aussi qu’on lui a diagnostiqué une aphasie, un trouble neurologique, et qu’il a annoncé sa retraite en 2022, une année où son nom figure sur 11 projets similaires (et deux autres en 2023 – il a dû accumuler beaucoup de ces films avant d’arrêter). J’ai vu quelques-uns de ces films Tangentiellement Willis, et la question pour celui-ci est de savoir si on peut le distinguer des autres. J’ai des doutes.

L’essentiel : Une équipe sirote un whisky et élabore un plan pour entrer dans une banque avec des armes et des masques, prendre quelque chose qui n’est pas à eux et repartir très vite. Frank (Chiklis), surnommé le meilleur serrurier de l’extérieur de New York, et son frère Joe (Tyler Jon Olson) sont à la tête de cette bande : ils vont aller à l’arrière, attacher un dispositif sonore au grand coffre-fort et tourner le bouton jusqu’à ce qu’il s’ouvre pendant que Mitchell (John Hickman), Griffin (Kyle Schmid) et Baxter (Swen Temmel) pointent des armes sur les gardes de sécurité et crient aux caissières de garder leurs visages baissés. Facile. Entrer et sortir. La routine des méchants que l’on voit dans tous les films. Sauf si tout part en vrille, ce qui arrive dans beaucoup de films. En fait, si tout ne part pas en couille, le film n’a peut-être aucune raison d’exister. Cependant ! Et si n’avait pas tout est parti en couille ? Serions-nous agréablement surpris ? Si un film d’action-crime-thriller de location directe en vidéo/streaming/obscurité racontait un braquage qui s’est déroulé comme prévu et n’a pas entraîné d’heures supplémentaires pour le médecin légiste, et que nos protagonistes anti-héros ont emporté leur fric sur une obscure plage mexicaine et se sont retirés ? Si le film racontait comment ils ont pris leur retraite et appris à tricoter et à jouer du glockenspiel ? Ça pourrait finir par être un appât à Oscar.

Hélas, pas de tricot. Tout part en couille. Les flics se pointent plus tôt que prévu. Des gens meurent lorsque des balles sont tirées sur leur corps dans des zones sensibles. Frank et Joe parviennent à s’emparer du butin – une boîte métallique pleine de diamants – et sortent par la porte de derrière pour mettre en œuvre le plan d’évasion B, jusqu’à ce qu’ils se fassent frapper par derrière. Frank se réveille avec un mal de tête. Joe est dans un état bien pire – il est mort lorsque quelqu’un lui a tiré des balles dans les zones sensibles de son corps. Leur chef, Rex (Willis), qui se trouve dans une pièce en hauteur, n’est pas content de la tournure des événements. Il hurle après un personnage totalement superflu (Texas Battle) qui n’existe que pour échanger des propos avec lui. Puis il envoie sa femme de ménage, Ivory (Lydia Hull), se promener comme la Terminatrice, faisant froidement mourir les gens en tirant des balles dans les corps des gens dans les zones sensibles, et aussi en faisant exploser des choses et en s’éloignant des choses qui explosent, froidement, sans être dérangé par les choses qui explosent.

Donc. Qu’est-ce qui a mal tourné ? Il devait y avoir un rat, conclut Frank, et il est piégé comme bouc émissaire. Il attrape la petite amie de Joe, Claire (Meadow Williams), pour qu’elle ne finisse pas par mourir sous les balles tirées dans etc. etc. Ils retrouvent les trois autres gars sur le coup pour qu’ils puissent tirer les premiers et discuter ensuite pour savoir si l’un ou l’autre était la balance. Cela implique de nombreux échanges de dialogues durs à cuire (« Tout était clair jusqu’à ce que tout s’écroule », « Pourquoi tu t’en prends à ma bonne humeur, Frank », etc.) et la répétition du casse de leur point de vue. Rashomon(jusqu’au troisième type, où ils renoncent à répéter la même séquence de fusillade sous plusieurs angles différents). La quête de Frank ne se passe pas particulièrement bien, surtout pour les nombreuses personnes qui se font tuer. Est-ce que ça va se terminer avec un gros twist ou quoi ?

Photo : Everett Collection

Quels sont les films que cela vous rappellera ? Comparaisons avec Kurosawa, Heat ou Le travail de la banque semble excessivement généreux. Mais sinon, 10 Minutes Gone est un exercice de genre de thriller d’action de catégorie B-minus si frustrant et redondant qu’il ne me rappelle rien. Alors disons simplement qu’il a 1,73%… Heat-et passer à autre chose.

Une performance qui mérite d’être regardée : L’interprétation de Hull en tueur de sang-froid est si théâtrale que l’on s’attend à ce qu’elle rie et sorte de son personnage comme si elle était Fallon dans un film d’animation. SNL sketch.

Dialogue mémorable : « Aucun d’entre nous ne serait ici aujourd’hui si nous ne croyions pas à l’honneur entre voleurs », dit Rex, mettant en place la grande ironie du film, qui est explosive dans le sens où elle est tellement évidente qu’elle s’apparente à un coup de tête sur une mine.

Le sexe et la peau : Aucun.

Notre avis : Il y a tout un complexe industriel hollywoodien qui produit des déchets comme… 10 Minutes Gone: Petit budget. Lieux de production dans les états avec des incitations fiscales. Souvent produit par le maître des sketches Randall Emmett. Des acteurs puisés dans une écurie de rouages de films de série B (Olson, Hull, Williams, Temmel et d’autres apparaissent souvent dans ces films). Des quasi-célébrités comme Willis (ou Mel Gibson ou Robert De Niro ou Thomas Jane), amenées par avion pour tourner une poignée de scènes rapides – souvent bavardes et simples et donc éloignées de l’action – dans le style « just-gettin’-through-it paycheck-cashing ». Et pour des raisons inexplicables – outre un ennui extrême, des épidémies de mauvais goût et/ou une hypnose de masse – ces films finissent parfois dans le Top 10 de Netflix.

Maintenant, s’il y avait quelque chose de clin d’œil au camp à propos de 10 Minutes Gonece pourrait être un divertissement modestement viable. Mais il se prend juste assez au sérieux pour devenir une bouillie sans saveur, avec une mosaïque fade de personnages sans visage récitant des dialogues ennuyeux et se tirant dessus de temps en temps au cours de séquences d’action vaguement compréhensibles, avec beaucoup de montages et une caméra tremblante proéminente. Il y a toujours un nombre de cadavres gratuit et une scène criblée d’un éclat d’objectif flagrant, de sorte qu’au moins un des nombreux clichés déployés est consciemment « artistique ». Si vous le regardez, soyez prêt à l’oublier presque instantanément.

Notre appel : SAUTEZ-LA. 10 Minutes Gone est tellement générique qu’il devrait être présenté dans une boîte noire et blanche indiquant « Heist-Gone-Wrong Movie ».

John Serba est un écrivain indépendant et un critique de cinéma basé à Grand Rapids, Michigan. Vous pouvez lire la suite de son travail sur johnserbaatlarge.com.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *