• 16 janvier 2023

Le regarder en streaming ou le sauter ?

L’un des aspects du modèle de développement des émissions des réseaux dont les gens ne se rendent pas compte est qu’une émission peut changer considérablement entre le pilote vendu à un réseau et celui qui est diffusé. Il y a des refontes, des changements de lieu, des changements de ton, des personnages qui disparaissent, etc. Même si les producteurs pensent que quelques reshoots et un montage astucieux peuvent aplanir ces changements, les coutures sont parfois visibles. C’est certainement le cas pour une nouvelle série de la Fox. Mais est-ce que cela nuit à la série en général ?

Coup d’ouverture : « COMPLEXE ISIL. KANDAHAR, AFGHANISTAN. » Jason Grant (Scott Caan), un entrepreneur privé travaillant avec l’armée, se penche sur une jeune Afghane assise sur un engin explosif à poids contrôlé.

L’essentiel : Jason désamorce la bombe mais elle explose au moment où il s’échappe de l’enceinte avec la jeune fille, la fille d’une importante cible terroriste. Mais pendant la célébration – il est prévu qu’il rentre chez lui le lendemain – il reçoit un appel de sa femme Nikki Batista (Dania Ramirez), un flic de Philadelphie, lui annonçant que leur fils Keith a disparu, qu’il a été « enlevé ».

Six ans plus tard, Keith n’a toujours pas été retrouvé et est présumé mort. Le mariage de Jason et Nikki n’a pas survécu à la tragédie, bien que les deux hommes soient en bons termes et co-parent leur fille Sydney (Fivel Stewart). Ils sont aussi avec d’autres personnes ; l’épouse de Jason essaie de tomber enceinte et Nikki, qui dirige maintenant l’unité des personnes disparues de la police de Philadelphie, sort avec Mike (Ryan Broussard), l’inspecteur de l’unité qui a enquêté sur l’affaire Kevin. Il est maintenant son commandant en second.

Si elle a rejoint la MPU, c’est parce que, comme elle le dit aux parents d’une fillette disparue, « nous récupérons nos bébés ». Elle veut être capable d’aider les autres comme l’unité l’a aidée, même si les résultats ne sont pas ceux qu’elle souhaitait. Au cours de l’affaire de cette fille disparue, l’un des kidnappeurs présumés est capturé, et Jason, un ancien policier de Philadelphie, fait irruption dans un interrogatoire mené par Kemi (Adeola Role), l’un des autres détectives, et reconnaît la bague qu’il porte depuis ses jours en Afghanistan. Il s’avère que le travail du père n’est pas ce qu’il semble être, et que ce qu’il fait réellement implique la CIA et un bombardement à l’étranger qui a tué de nombreux civils.

Pendant ce temps, Jason obtient une photo de preuve de vie d’un Keith (Graham Verchere) maintenant adolescent, que Kemi utilise ses compétences d’enquêteur pour localiser un hôtel à Las Vegas. Nikki garde espoir, mais Jason est entièrement d’accord, malgré les réserves de C (Petey Gibson), le spécialiste en technologie qui a créé un algorithme de vieillissement des enfants disparus, après avoir vu la photo.

Il se passe encore plus de choses : Mike demande Nikki en mariage en plein milieu de la salle de réunion, Nikki et Jason partent à Las Vegas sur une piste concernant Keith, Jason rejoint la MPU sur la suggestion de Mike, et soudain Keith apparaît à Philadelphie. Mais est-ce vraiment Keith ?

Photo : Shane Mahood/FOX

A quelles émissions cela vous rappellera-t-il ? Alerte : Unité des personnes disparues (précédemment connu sous le nom de simplement Alerte) a une forte vibration procédurale, dans la lignée de la série de Fox. 9-1-1 franchise et le FBI et NCIS franchises.

Notre avis : Alerte commence de manière prometteuse – et pour une série comme celle-ci, « prometteur » signifie « pas hideusement stupide » – puis se dégrade rapidement dans la seconde moitié de l’épisode. On a l’impression que le showrunner/co-créateur John Eisendrath (The Blacklist) a décidé d’injecter beaucoup de folie dans son scénario pilote après l’avoir maîtrisé pendant les 20 premières minutes (l’autre créateur de la série est, croyez-le ou non, Jamie Foxx). Cela donne une série qui est encore plus frustrante que la procédure standard de la chaîne, parce que vous savez qu’elle pourrait être tellement mieux qu’elle ne l’est.

La bonne partie est le badinage entre Caan et Ramirez. C’est rafraîchissant de voir un couple divorcé qui reste amical, qui s’aime encore, mais dont les circonstances extrêmes ont fait chuter le mariage. Ils sont une famille, et ils agissent de la sorte. Les scènes où ils badinent sur leurs nouvelles relations respectives, en les reliant à leur histoire, sont bon enfant et ne sont pas accompagnées de récriminations furieuses. Et elles donnent de la profondeur au personnage, car nous découvrons que Jason n’a pas envie d’avoir d’autres enfants à cause du traumatisme causé par la perte de Keith.

Nous avons également aimé les personnages secondaires comme Kemi et C, qui ont des excentricités et montrent juste assez de leur personnalité pour être intéressants à regarder dans la première saison. L’histoire globale de Keith a du potentiel, mais Eisendrath semble indiquer assez rapidement que Keith n’est pas vraiment celui qu’il prétend être, avant que cela ne nous soit confirmé plus tard. Cela atténue l’impact de la scène finale, où nous découvrons comment cette version de Keith sait des choses que seul le vrai Keith connaît.

Mais la seconde moitié de l’épisode montre tout le fromage qui infecte de nombreux procedurals comme celui-ci. Jason et Nikki semblent se transporter moléculairement de Philadelphie à Las Vegas et vice-versa, même si le vol entre les deux villes dure plus de quatre heures, sans compter les files d’attente à l’aéroport. On a l’impression qu’il s’agit d’un vestige d’une ancienne version du pilote, où l’unité de police militaire se trouvait à Los Angeles et non sur la côte Est, car on les voit faire des allers-retours pendant l’affaire sur laquelle ils travaillent et ne pas perdre une seconde, bien que huit ou dix heures se soient écoulées.

De plus, il semble qu’il y ait beaucoup de mauvaise humeur au sein de l’unité de police militaire. « J’ai d’abord réglé ça avec les RH », une phrase que Mike dit avant de demander Nikki en mariage, n’explique pas comment une romance entre les deux peut même exister, étant donné que Nikki est censée être sa patronne. D’ailleurs, comment Nikki est-elle passée du statut de flic de quartier à celui de capitaine d’une unité, devant des inspecteurs plus expérimentés, en six ans seulement ? Et quand Jason était-il flic ? Avant ou après l’Afghanistan ? Comment Keith peut-il rentrer directement chez lui après avoir été retrouvé sans avoir été examiné, physiquement et mentalement ?

On espère que tout ce fouillis narratif n’est que le résultat d’un pilote Frankenstein, et qu’au fur et à mesure des épisodes et des différents cas de la semaine, les choses s’arrangeront. Nous espérons également que toute cette histoire Jason-Nikki-Mike, où Mike pense que les choses entre Nikki et Jason sont ravivées par le retour de Keith, sera mise de côté. Il y a plus qu’assez de choses à faire avec les cas de la semaine et la situation de Keith ; nous n’avons pas besoin d’un triangle amoureux là-dedans aussi.

Le sexe et la peau : Aucun dans le premier épisode.

Parting Shot : Alors que Keith déchire le journal qu’il a mémorisé de la vie du vrai Keith, Nikki lui dit bonne nuit à travers la porte et ils échangent des « love you ».

Sleeper Star : Role est bon dans le rôle de Kemi, qui n’a pas peur d’introduire la prière dans le processus au cours de l’enquête, mais qui semble aussi faire des miracles lorsqu’il s’agit de repérer des images à partir de leurs antécédents.

La ligne la plus pilote : C appelle Jason « pré-invalide », et nous n’avons aucune idée de ce que cela signifie. On pense que c’est une blague, mais qui sait ?

Notre appel : SAUTEZ-LE. Bien qu’il y ait beaucoup de choses à aimer dans Alerte : Unité des personnes disparuesles cas génériques de la semaine et les sauts de logique de certaines histoires de la série nous amènent à penser que la série va contenir plus de mauvais que de bon.

Joel Keller (@joelkeller) écrit sur la nourriture, le divertissement, l’éducation des enfants et la technologie, mais il ne se voile pas la face : c’est un accro de la télé. Ses écrits ont été publiés dans le New York Times, Slate, Salon, RollingStone.com, VanityFair.com, Fast Company et ailleurs.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *