• 17 janvier 2023

Le regarder en streaming ou le sauter ?

Après de brèves sorties au cinéma, à la demande, puis sur Peacock, le film de B.J. Novak, intitulé « La vie de l’homme », est sorti de l’anonymat. Vengeance atterrit sur Prime Video pour qu’il puisse s’installer confortablement juste à côté de The OfficeC’est exactement de là que vous connaissez Novak. Cette comédie satirique noire est son premier long métrage en tant que scénariste-réalisateur ; il y tient également le rôle d’un journaliste new-yorkais et d’un podcasteur en herbe qui se retrouve dans ce que Ned Flanders pourrait appeler une situation délicate : Le Texas rural, où les snobs de la grande ville comme lui se débrouillent maladroitement dans toutes les situations. Il y enquête sur un meurtre, en quelque sorte – c’est une histoire compliquée, parfaite pour le type de podcast qui pourrait le rendre célèbre.

VENGEANCE: LE REGARDER EN STREAMING OU LE SAUTER ?

L’essentiel : Une femme prend son dernier souffle dans un champ abandonné alors que des derricks de pétrole pompent en arrière-plan. Il fait nuit. Il est tard. Elle essaie de composer son numéro de téléphone. La lumière reste allumée, un point dans un espace vaste et vide. Puis elle s’éteint. Coupez à New York City, où Ben Manalowitz (Novak) a une conversation très exaspérante avec son copain John (John Mayer). Aggravante non pas pour eux, mais pour nous, puisqu’ils sont aussi superficiels que le bain de pieds d’une fourmi. Ben a flirt après flirt après flirt avec des femmes. Il ne cherche jamais à s’engager. Il se moque des péquenots qui pourraient, vous savez, rencontrer quelqu’un et s’installer comme des crétins de première classe. Il écrit pour le New Yorker et propose des idées de podcasts à son amie productrice de radio Eloise (Issa Rae). Elle le rejette – elle dit que ses propositions ne sont que des idées et pas de cœur, ce qui correspond à la personnalité de Ben.

Puis il reçoit un appel téléphonique. Une voix affligée lui dit, « votre petite amie est morte. » C’est drôle, il n’a pas de petite amie – ou il en a eu trop, peut-être. Il les classe dans son téléphone non pas sous leur vrai nom, mais avec des surnoms idiots qui les mettraient sûrement en colère s’ils les connaissaient. L’une d’entre elles est Abilene Shaw (Lio Tipton), une petite fille du Texas dotée d’une merveilleuse voix qui a essayé de la faire entendre à New York. Elle a « traîné quelques fois » avec Ben, mais est retournée au pays du pompage des derricks de pétrole et y est morte. Overdose d’opioïdes, disent-ils. Et c’est son frère Ty (Boyd Holbrook) au téléphone qui annonce la nouvelle à quelqu’un qui pourrait presque se soucier de cette pauvre femme. Il semble qu’Abilene ait tiré beaucoup plus de profit émotionnel de son aventure que Ben. D’une manière ou d’une autre, Ben permet à Ty de le convaincre de prendre l’avion pour l’enterrement. Où, exactement ? A cinq heures de la ville qui est à trois heures de Dallas. Super.

Ben fait semblant de passer par le service – c’est gênant. Il traîne avec Ty et le râtelier à fusils dans son camion – aussi gênant. Ty ne croit pas que sa soeur ait fait une overdose : « Elle n’aurait pas touché un Advil. » Il pense qu’elle a été tuée, alors pourquoi lui et Ben ne découvrent pas qui l’a fait et ne vengent pas sa mort. La réponse de Ben : « Je ne venge pas les morts. Ce n’est pas ce que je suis. » Il ne croit pas à la théorie de Ty de toute façon, et met ça sur le compte du chagrin et de l’illusion. Mais ensuite, une ampoule. Ben appelle Eloise et lui propose une nouvelle idée de podcast, sur les types ruraux qui ne peuvent pas accepter les vérités difficiles et qui concoctent leurs propres récits pour les expliquer. L’échange est le suivant :

Eloise : Une fille blanche morte ?

Ben : Le Saint Graal des podcasts.

Donc Ben reste au Texas, chez la famille d’Abilene – maman Sharon (J. Smith-Cameron), sœurs Paris (Isabella Amara) et Kansas City (Dove Cameron), grand-mère Carole (Louanne Stephens) et frère El Stupido (Eli Bickel) – oui, El Stupido. C’est comme ça qu’on l’appelle. Il a neuf ans. Les Shaw ont beaucoup, beaucoup d’armes à feu ; même El Stupido a son propre 9mm. Ben n’a pas d’arme. Il a une cafetière à piston, par contre. Ben cherche des histoires sur Abilene et des épisodes pour son podcast, en interviewant des gens qui ont connu la fille blanche morte, par exemple le producteur de musique local Quentin Sellers (Ashton Kutcher), qui, vu la façon dont il parle, a apparemment un doctorat en philosophie. Ben essaie trop fort de s’intégrer ; Ben va à son premier rodéo au sens propre ; Ben apprend qu’apprendre à connaître les gens en tant qu’individus leur permet de se libérer de tous ces stéréotypes faciles.

Photo : Focus Features

Quels films vous rappelleront ce film ? Vengeance a beaucoup de points communs avec Irrésistiblequi est aussi une satire politique et le premier film d’un humoriste très en vue (Jon Stewart), avec un membre de l’équipe du film. The Office (Steve Carell) et une de That ’70s Show (Topher Grace). Une formule gagnante à tous les coups, semble-t-il !

Une performance qui mérite d’être vue : Est-ce la performance d’acteur la plus convaincante de Kutcher ? Oui. Oui, c’est le cas. Le scénario plein d’esprit de Novak donne à Kutcher beaucoup de choses intéressantes à dire, et il fait preuve d’une grande présence lorsqu’il est à l’écran.

Dialogue mémorable : Ben : « Paris, tu accuses quelqu’un d’appropriation culturelle est l’appropriation culturelle ».

Le sexe et la peau : Aucun.

Notre prise : Les satires comme celle-ci prennent généralement deux directions : Soit elles sont implacables au début, mais finissent par devenir sérieuses pour que nous ne nous détachions pas complètement des personnages. Soit elles conservent un ton mordant et, au moment du générique, on se rend compte qu’on vient de voir un film entièrement peuplé d’abrutis. Avec VengeanceNovak réussit à trouver un endroit où les deux se rencontrent – pas toujours confortablement, mais au moins il bouleverse les attentes, et fournit de nombreux rires avec un timing comique précis.

Novak élabore une satire de l’égalité des chances qui évite les éléments les plus épineux de la division politique moderne (le mot Trump n’est jamais invoqué), donc le critiquer pour son both-sidesism n’est pas tout à fait sur la base. Les Red Staters sont peut-être des gens qui aiment les armes à feu et qui n’arrivent pas à exprimer leur amour du Whataburger, mais le Ben de Novak est un quasi-intellectuel suffisant qui est un peu choqué d’être le bénéficiaire de la gentillesse de la famille Shaw, ce qui pourrait révéler une certaine forme de dégoût de soi en lui. Les stéréotypes sont exploités plus pour la comédie que pour le commentaire. Ben est au Texas uniquement pour exploiter ces ploucs pour leur douleur et leurs délires conspirationnistes, et donc pour dresser un portrait du dilemme américain moderne : la division culturelle, l’épidémie d’opioïdes, l’art et la technologie, etc.

Novak s’attaque à tout cela et à bien d’autres choses encore, mais il n’arrive pas à s’y retrouver. Mais qui le peut ? Tout nous tombe dessus, vite et sous tous les angles, tous les jours. Au début, il semble se contenter d’une banale affirmation « ne pouvons-nous pas tous nous entendre », mais il s’engage ensuite sur un terrain plus difficile et plus compliqué. À la santé de Vengeance pour ses ambitions comiques et thématiques, même si elles n’atteignent pas un point singulier. Mais je prends le risque de faire l’apologue en disant que c’est peut-être à dessein – dans une scène, Ben dit : « Je suis particulièrement doué pour établir des liens thématiques entre des éléments apparemment disparates et m’en servir pour illustrer un point ou une théorie plus vaste », ce qui n’est pas seulement très drôle dans sa façon de tourner en dérision les points de vue condescendants ; c’est aussi la thèse du film. La quête grandiose de Ben est une folie. Essayer de donner un sens à tout cela n’a aucun sens, semble-t-il.

Notre appel : STREAM IT. Vengeance montre Novak est un satiriste habile et perspicace.

John Serba est un écrivain indépendant et un critique de cinéma basé à Grand Rapids, dans le Michigan. Vous pouvez lire la suite de son travail sur johnserbaatlarge.com.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *