• 19 janvier 2023

Le regarder en streaming ou le sauter ?

Sorti de nulle part, un drame indépendant à petit budget… To Leslie (désormais disponible sur les services de streaming VOD tels qu’Amazon Prime Video) et une poussée de dernière seconde pour les Oscars pour sa star, Andrea Riseborough. Des personnalités comme Kate Winslet, Cate Blanchett et Gwyneth Paltrow ont récemment soutenu la performance de Riseborough dans le rôle d’une femme de l’ouest du Texas aux prises avec l’alcoolisme, attirant ainsi l’attention sur un film dont le budget de promotion et de remise de prix est proche de zéro, et sur une actrice dont le talent discret dans des films comme Possesseur, La mort de Staline, et Mandy mérite une certaine reconnaissance. A Leslie a fait ses débuts au SXSW 2022 et est officiellement sorti en VOD en octobre avec une fanfare minuscule – mais il a permis à Riseborough d’être nominée aux Independent Spirit Awards, un peu d’amour plus tard que jamais pour un film et une performance qui le méritent.

À LESLIE: LE REGARDER OU LE LAISSER TOMBER ?

L’essentiel : Il y a six ans, Leslie (Riseborough) a gagné 190 000 dollars à la loterie. Aujourd’hui, elle est en position fœtale dans une chambre de motel miteux. Elle est expulsée, et elle ne part pas tranquillement. Elle supplie les autres résidents de lui prêter de l’argent et insulte le gérant. Elle se dirige vers le bar et se saoule à mort. La prochaine fois que nous la voyons, elle est accroupie dans l’embrasure d’une porte avec sa valise rose, suçant un mégot de cigarette et attendant une averse. D’après l’aspect de sa peau et de ses vêtements sales, elle est dans la rue depuis un certain temps. Son œil est gonflé par Dieu sait quoi. Elle descend d’un bus et son fils James (Owen Teague) la prend en charge, la ramène à son appartement et lui achète des vêtements d’occasion propres. Hors de portée de voix, il passe un coup de fil : « Grand-mère, elle ne va pas me faire de mal », dit-il.

James est à peine un adulte, mais il s’en sort bien. Un emploi décent dans le bâtiment, un appartement avec un colocataire, une vie en ville qui est loin d’être luxueuse mais peut-être assez heureuse pour le moment. Les circonstances nous apprendront bientôt qu’il a dû grandir un peu plus tôt que la plupart des gens. Il donne sa chambre à Leslie et établit une règle de base : Pas d’alcool. Elle accepte, mais dès qu’il part au travail, elle fouille dans l’appartement, trouve de l’argent, se rend au magasin d’alcools et a à peine payé l’alcool qu’elle tire une longue gorgée de la bouteille dans un sac brun, le caissier lui criant de l’emporter dehors. James ne peut pas gérer ça. Elle retourne dans le bus.

Et elle se retrouve à Braddock, sa modeste ville natale poussiéreuse, avec ses motels en bord de route où l’on trouve de la poudre de cafard et des cendriers, et ses bars country « chug it or f- it » où l’on joue Willie et Waylon – pas cette nouvelle merde quasi country-pop – et qui sont éclairés par des dizaines d’enseignes de bière au néon. C’est dans l’un de ces bars qu’elle a gagné un gros lot à la loterie et qu’elle a ensuite acheté à tout le monde je ne sais combien de tournées, mais c’était sûrement trop. Elle s’installe chez Nancy (Alison Janney) et Dutch (Stephen Root) avec la même mise en garde que James lui a faite, mais ça n’allait jamais marcher, n’est-ce pas ? Leslie redevient rapidement comme avant, un verre et une bière, un verre et une bière, odieuse et bruyante, draguant les cow-boys qui sont trop gentils pour lui dire d’aller se faire voir, et travaillant jusqu’à une vacillation quasi permanente. C’est l’état le plus confortable de sa vie.

Elle se réveille dans les herbes à côté d’un motel. Sweeney (Marc Maron) la fait fuir au début. Il aide à gérer l’endroit ; l’intelligent et compétent mais sous LSD Royal (Andre Royo de The Wire fame) le possède. Royal connaît Leslie. Tous les habitants connaissent Leslie – elle est passée à la télé quand elle a gagné à la loterie, mais sa crise d’ivresse semble avoir fait encore plus de bruit. Des ponts ont été brûlés. Lorsqu’elle réapparaît au motel, Sweeney fait quelque chose d’extraordinaire : il lui offre un travail, lui donne sa chambre, l’invite à dîner avec lui et Royal. Sweeney est relativement nouveau à Braddock, et cela semble être précisément la raison pour laquelle il ne lui offre pas un jugement ou du mépris, mais un peu de gentillesse.

Photo : Everett Collection

Quels sont les films que cela vous rappellera ? Leaving Las Vegasinévitablement (bien que Leslie n’est pas une telle tragédie). Il traite des mêmes thèmes de dépendance que Ben is Back, Vol, Le chemin du retour, Crazy Heart, Rachel Getting Marriedetc. Il a également des vibrations similaires à celles d’un drame de caractère des années 70, d’une actrice émergente et d’une perle rare, comme le drame de 2017 dirigé par Jessie Buckley. Wild Rose (qui est sur HBO Max, alors allez le voir !).

Une performance qui vaut la peine d’être regardée : Riseborough, bien sûr, est la raison pour laquelle il faut regarder ce film, qui est familier dans son mélodrame mais qui offre une performance de base fascinante. Elle s’appuie sur son personnage riche et complexe en établissant une ample chimie avec Maron, qui allume l’esprit empathique du film, jouant un homme gentil et sérieux qui comprend jusqu’où peut aller un peu de grâce.

Dialogue mémorable : Sweeney dit quelque chose que Leslie a vraiment besoin d’entendre : « Je ne t’estime pas moins que les autres parce que tu as des problèmes. »

Sexe et peau : Aucun.

Notre prise : Leslie n’est pas seulement une autre représentation anti-glamour de la toxicomanie, réalisée par une vedette qui veut gagner un Oscar ; le fait que le film soit un joyau presque perdu le prouve automatiquement. La performance trop plausible de Riseborough ne manque jamais de nous convaincre que Leslie est dangereusement proche de… quelque chose. Quelque chose de tragique, peut-être, ou quelque chose de triomphant. Elle est sur le fil du rasoir, et nous le croyons.

Une percée dans un sens ou dans l’autre est inévitable dans des films comme celui-ci – des films comme celui-ci avec des arcs de réclamation typiques et des scènes d’ivresse éhontée, mais convaincantes. Mais Riseborough laisse en suspens la question de la conscience de soi de Leslie ; agit-elle simplement parce qu’elle peut s’en tirer, ou est-elle vraiment hors de contrôle ? (Quiconque comprend les complexités de la vie en général sait qu’il n’y a pas de réponse satisfaisante à cette question). Le scénario de Ryan Binaco colporte quelques clichés, mais il permet aussi intelligemment à la jeune femme de toucher le fond tranquillement au lieu de faire preuve de son indignité habituelle.

Certains des éléments plus généraux et prévisibles du film atténuent inutilement ce qui aurait pu être une étude de caractère plus stimulante et thématiquement convaincante. Mais le travail de Riseborough est un cas classique de performance qui surpasse le matériel avec un réalisme dur mais réfléchi. Sa performance est renforcée par les détails de l’époque et du lieu établis par le réalisateur Michael Morris, qui en est à son premier long métrage. Il y a une authenticité considérable dans les carnavals, les jackalopes et les infrastructures pourries de Braddock, au Texas, un endroit où une cabine téléphonique abîmée d’une laverie automatique symbolise une approche dépassée et peu éclairée de la dépendance. Peut-être faut-il un outsider comme Sweeney pour redonner un cadre à une âme perdue comme Leslie.

Notre appel : STREAM IT. La performance de Riseborough dans To Leslie est absolument un diamant brut.

John Serba est un écrivain indépendant et un critique de cinéma basé à Grand Rapids, dans le Michigan. Vous pouvez lire la suite de son travail sur johnserbaatlarge.com.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *