• 20 janvier 2023

Le regarder en streaming ou le sauter ?

« Vous faites un film sur un loser », déclare Johann Patek, collectionneur fou de Pez, au début de Le hors-la-loi Pezle documentaire qui vient d’être diffusé sur Netflix. « Pourquoi faites-vous ça ? » La raison devient rapidement très claire : c’est un autre cas où la vérité est plus folle que la fiction. Une petite vente se transforme rapidement en une entreprise internationale entière – et un épisode fascinant à explorer.

L’essentiel : Steve Glew était un ouvrier d’usine du Michigan qui avait besoin de se perdre dans les méandres des romans de Tom Clancy pour se stimuler intellectuellement. Il a rapidement pris goût à l’action et à l’intrigue en s’aventurant dans l’Europe de l’Est de l’ère soviétique à la recherche d’une mystérieuse usine Pez qui fabriquait d’innombrables modèles non disponibles en Amérique. Glew réussit à les ramener clandestinement aux États-Unis et à faire un profit considérable auprès des collectionneurs de Pez, qui sont prêts à payer des milliers de dollars pour un distributeur unique.

Le contournement du marché américain de Pez par Glew attire l’attention de « The Pezident » Scott McWhinnie, qui surveille d’une main de fer ce qui est disponible aux Etats-Unis. Il est possible que McWhinnie ait envoyé des « espions » sur le marché des collectionneurs pour essayer de perturber le lucratif commerce de revente de Glew. Les tentatives d’écrasement font de Glew le « Pez Outlaw » autoproclamé, qui ne fait que s’enhardir dans ses tentatives de piquer et de contrecarrer son ennemi juré. Mais avec le temps, Glew doit apprendre une dure leçon : pariez contre l’Amérique des affaires tant que vous voulez, mais la maison finit toujours par gagner.

Photo : Deadline

Quels films vous rappelleront ce film ? Les pitreries de Glew, qui consiste à tromper les entreprises grâce à des failles, ressemblent le plus à la façon dont le personnage d’Adam Sandler essaie d’utiliser des tasses de pudding pour accumuler des miles aériens dans le film « L’homme de la rue ». Punch-Drunk Love. Mais dans l’ensemble, le documentaire rappelle le genre d’escroquerie astucieuse et d’opérations sophistiquées du Frank Abagnale, Jr. de Leonardo DiCaprio dans Attrape-moi si tu peux. (Mais là où Abagnale s’en sort en ayant l’air suave, Glew s’en sort en ayant l’air un peu discret et échevelé).

Une performance qui mérite d’être vue : Steve Glew est un sujet de documentaire fantastique, en partie parce qu’il a conscience de sa propre mythologie de « Pez Outlaw ». C’est un grand conteur et un fabulateur, ce qui n’est peut-être pas surprenant pour quelqu’un qui peut déjouer les autorités et les entreprises avec ses manœuvres légales douteuses. Il est très amusant de le voir se transformer en un personnage principal qu’il sait être, en réduisant le héros et le méchant à lui-même.

Dialogue mémorable : « Si ce n’était pas pour le Pez Outlaw, personne ne se souvient de Scott McQuinnie », opine Glew en réfléchissant à l’aventure dans laquelle il s’est embarqué. « Il est un point d’intrigue dans mon histoire ». Pour tous ceux qui pensent que seuls les vainqueurs écrivent l’histoire, l’histoire de Glew offre une réplique intéressante.

Le sexe et la peau : Rien de tout cela dans ce film familial.

Notre avis : Les réalisateurs Bryan et Amy Bandlien Storkel ne perdent jamais de vue ce qui est important dans leur documentaire : l’histoire humaine. Ils mettent en avant chaque développement du personnage et du parcours de Scott Glew, ce qui nous permet de nous investir dans chaque étape de son activité illicite. La combinaison de compétitivité et de folie qui l’a conduit à concocter des plans de plus en plus élaborés pour maintenir l’entreprise en vie est toujours fascinante à observer. Mais lorsqu’ils étendent leur champ d’action au monde des collectionneurs ou à la nature même des mécanismes d’autoprotection du capitalisme, ils donnent l’impression d’être des prolongements naturels du récit et non des tangentes sans rapport avec le sujet.

Notre appel : STREAM IT ! Le hors-la-loi Pez raconte une histoire folle sur un personnage qui mérite un traitement cinématographique. Il y a un vrai sens du rythme et de la narration qui sera inévitablement meilleur que le film de fiction hollywoodien qui sera tiré de la vie du sujet. Si vous aimez les histoires de crimes réels qui ne vous donnent pas envie de fermer les écoutilles de votre maison, c’est le bon rythme pour vous.

Marshall Shaffer est un journaliste indépendant spécialisé dans le cinéma et basé à New York. Outre Decider, son travail a également été publié sur Slashfilm, Slant, Little White Lies et de nombreux autres sites. Un jour, tout le monde se rendra compte à quel point il a raison à propos de… Spring Breakers.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *