• 20 janvier 2023

Le regarder en streaming ou le sauter ?

Bollywood produit un autre mélange de genres bizarre pour les Occidentaux, mais qui reste fidèle à la marque, dans… Mission Majnu (actuellement sur Netflix), une comédie d’espionnage historico-fictionnelle, d’action et d’aventure, qui se déroule pendant l’affrontement politico-militaire tendu entre l’Inde et le Pakistan dans les années 1970. Le réalisateur Shantanu Bagchi n’hésite pas à se lancer dans des numéros musicaux alors que des espions infiltrés dans des gouvernements étrangers cherchent à empêcher une guerre nucléaire totale.

L’essentiel : Un narrateur qui dit être le chef de la RAW (Research and Analysis Wing, ou version indienne de la CIA) explique l’historique de la course aux armements nucléaires entre l’Inde et le Pakistan, qui a suivi la guerre indo-pakistanaise de 1971. L’Inde a gagné, mais la tension est restée, surtout après que l’Inde a effectué avec succès un essai de bombe nucléaire en 1974, incitant le Pakistan à commencer secrètement à développer sa propre technologie de bombe atomique. Et c’est là que nous rencontrons Tariq (Sidharth Malhotra), un homme simple qui vit à Rawalpindi, au Pakistan. Il fait pression sur un tailleur pour obtenir un modeste emploi dans sa boutique, et tombe amoureux de la nièce du tailleur, Nasreen (Rashmika Mandanna), qui est aveugle, mais qui sent sûrement à quel point il est beau. Pour Tariq, c’est le coup de foudre – on peut le dire parce que tout ralentit au ralenti, que les moindres mouvements de Nasreen sont gracieux, que la musique inonde la scène et que le film s’arrête juste avant de montrer des cœurs de dessins animés flottant autour de la tête de Tariq, stupéfait et épris.

Et c’est ainsi que Tariq et Nasreen se marient et mènent une vie très, très modeste avec le salaire pitoyable d’un sous-tailleur. C’est parfait – une couverture parfaite pour un agent indien de la RAW, yo ! Le vrai nom de Tariq est Amandeep Singh, et il est dans… deep. Je veux dire, Nasreen est enceinte maintenant, et son amour pour elle est très, très réel, bien qu’elle ne sache pas qu’il est un espion qui a été chargé de trouver l’emplacement de l’usine d’enrichissement de l’uranium et de le signaler au gouvernement indien. Pour quelqu’un qui mène une double vie, qui garde un secret aussi gigantutron et qui porte le poids du statut de Benedict Arnold indien de son père, il est étonnamment léger. Mais cela semble faire partie du jeu. Il est d’une beauté désarmante et joue si bien le rôle d’un homme simple et analphabète que son interrogatoire sournois d’un général pakistanais – Amandeep s’introduit chez lui sous prétexte de réparer les boutons de son uniforme – ressemble aux questions innocentes d’un simple ouvrier.

Et ainsi, Amandeep ne semble jamais travailler à l’atelier de couture ou être à la maison, et Nasreen ne pense jamais à demander ce qu’il fait à toute heure du jour et de la nuit. (Amandeep emprunte des voies inhabituelles pour obtenir des renseignements : il discute avec des grands-mères bavardes et des enfants qui jouent au football, il se fait passer pour un plombier, etc. Pendant ce temps, le Pakistan subit une prise de pouvoir militaire comiquement non dramatique, inaugurant ainsi une ère de PAPERS PLEASE qui ne fait qu’accroître les tensions avec l’Inde, et pour couronner le tout, Israël prépare un raid aérien sur ce qu’il croit être la centrale nucléaire. La pression est donc sur les épaules d’Amandeep pour qu’il tienne le coup et empêche une guerre terrible, terrible ! Y parviendra-t-il ?

Photo : Netflix

Quels sont les films que cela vous rappellera ? Mission Majnu est comme le drame de la crise des missiles cubains Treize jours s’il ne prenait pas la menace de l’anéantissement nucléaire si sérieusement.

Une performance qui mérite d’être regardée : J’ai aimé le charisme stupide de Malhotra, un personnage fringant et sans prétention qui ne montre pas beaucoup de profondeur de caractère – l’intrigue secondaire sur son père n’a pratiquement aucun effet dramatique – mais beaucoup de charme lorsqu’il déjoue, dépasse et combat l’opposition.

Dialogue mémorable : L’un des indices d’Amandeep sur l’identité d’un scientifique nucléaire est la rare toilette occidentale, non squat, commandée pour sa femme :

L’agent de liaison du gouvernement d’Amandeep : Je ne vais pas gaspiller mes ressources sur la base des toilettes qu’ils utilisent pour chier !

Amandeep : Les plus petits détails font la plus grande image, monsieur !

Le sexe et la peau : Aucun.

Notre prise : Action ! De l’aventure ! Intrigue politique ! Toilettes ! Mission Majnu est insensiblement peu sérieux dans son approche du sujet basé sur des événements historiques véridiques, bien qu’il ne s’y penche pas assez pour devenir une véritable farce. Le ton étrangement juxtapositionnel est peut-être un peu problématique, et la tentative de Bagchi de faire entrer un peu de tout dans le film nous fait perdre patience pendant environ 20 minutes – mais au moins, c’est généralement divertissant. Les caractérisations générales frôlent la satire – regardez les politiciens discuter du sort potentiel de millions de civils tout en dégustant un gâteau d’anniversaire ! Et les séquences d’action sont profondément stupides – regardez Amandeep affronter une horde de soldats pakistanais au sommet d’un train en marche dans une séquence qui fait paraître plausible un affrontement entre Bruce Lee et un million de ninjas.

On ne peut donc pas dire que le film n’est pas amusant, du moins par à-coups. On regrettera que la comédie et la romance ne soient pas plus cinglantes et que Bagchi ne se soit pas laissé aller à une sensibilité plus effarante, mais c’est comme si Bagchi faisait preuve de retenue face à l’importance de son contexte historique. Il est étrange de voir comment le film transforme une séquence complexe d’événements – les manœuvres politiques dans les deux pays et les infiltrations d’Amandeep – en quelque chose de plus simple que la somme de ses nombreuses parties, une sorte de démonstration impressionnante et contre-intuitive de soustraction par addition. Une soustraction par addition dans tous les domaines, à l’exception du montage, qui aurait pu bénéficier d’un ou deux tours supplémentaires pour rendre ce long film plus agréable à regarder. Sinon, il s’agit d’un film raisonnablement habile sur le plan technique, qui avance avec suffisamment de détermination et de style pour en valoir la peine. Il se termine par un étalage peu convaincant de pathos et de patriotisme, un portrait du sacrifice pour la patrie qui suscitera quelques rah-rahs ou des oeillades, selon votre point de vue. Quoi qu’il en soit, le film n’est pas si mal.

Notre appel : STREAM IT. Mission Majnu n’est pas assez ambitieux ou stupide pour justifier une recommandation enthousiaste, mais il est néanmoins modestement agréable en tant que thriller international rendu sous forme de pellicule presque jetable.

John Serba est un écrivain indépendant et un critique de cinéma basé à Grand Rapids, Michigan. Vous pouvez lire la suite de son travail sur johnserbaatlarge.com.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *