• 25 janvier 2023

Le regarder en streaming ou le sauter ?

Saison 1 de American Auto n’était pas énorme, École primaire Abbott-La première saison a montré qu’il s’agissait d’une comédie solide, mais peu spectaculaire, sur le lieu de travail, avec une équipe bien rodée. Habituellement, les séries de ce genre s’améliorent dans leur deuxième saison, et la deuxième saison de American Auto montre la bande de Payne Motors en plein milieu de la crise introduite à la fin de la saison 1.

Coup d’ouverture : « Jour 1. » Elliot (Humphrey Ker), l’avocat principal de Payne Motors, dit au bureau bourdonnant que s’ils doivent détruire des preuves concernant la dissimulation par l’entreprise de leur modèle Hydra roulant hors du parc, ils devraient le faire avant d’être ordonnés par le tribunal de ne pas le faire. Il ne le leur dit pas directement, bien sûr.

L’essentiel : La PDG de Payne Motors, Katherine Hastings (Ana Gasteyer), est convaincue que l’affaire Hydra va se calmer, mais elle a fait appel à Ian (Eric Stonestreet), un coordinateur de crise avec lequel elle a déjà travaillé, pour gérer leur réponse. Sadie Ryan (Harriet Dyer), la directrice de l’entreprise, pense simplement qu’ils devraient rappeler l’Hydra et prendre les choses en main de cette façon, ce que Jack Fortin (Tye White), l’agent de liaison de Katherine auprès des ouvriers de l’usine, approuve. Cyrus Knight (Michael B. Washington), le concepteur en chef, est rongé par le stress. Dori (X Mayo), l’assistante de Katherine, propose d’imprimer un panneau de salle de guerre qui ne ressemble pas à « Warroom ». Wesley Payne (Jon Barinhotlz), le seul Payne de la suite, ne cesse de répéter que Jack et Sadie ont couché ensemble une fois.

Les choses semblent être plutôt calmes jusqu’à ce qu’une vidéo virale sorte ; elle montre non seulement une Hyrdra qui roule à reculons alors qu’elle est en stationnement, mais les étincelles qu’elle génère en se frottant contre une glissière de sécurité déclenchent un feu de broussailles. Au fil des jours et des semaines, le « Payne Wildfire » s’étend à tout le pays. Tout le monde part en vrille, y compris Elliot, qui fait de l’urticaire, et Dori, qui ne fait plus caca. Et il semble que Ian, le gestionnaire de crise, lance Sadie pour qu’elle se fasse dévorer vivante par la presse, et Sadie veut juste avoir l’air impressionnante pour Katherine. Pendant ce temps, Katherine est aussi froide qu’un concombre.

Alors que l’incendie continue pour un deuxième mois, même Ian est à court de solutions. Et, lorsque tout le monde dit à Katherine qu’ils sont étonnés de la façon dont elle gère la crise, l’inévitable petit problème la fait fondre. Il ne reste plus au conseil d’administration qu’à licencier Katherine, en lui offrant une généreuse indemnité de départ.

Photo : Greg Gayne/NBC

A quelles émissions cela vous rappellera-t-il ? Lorsque nous avons examiné la première saison de American Autonous l’avons comparé à l’émission précédente du créateur Justin Spitzer, Superstore. Cette comparaison tient la route, mais on pourrait vraiment la comparer à n’importe quelle comédie sur le lieu de travail de la dernière décennie.

Notre avis : Nous avons provisoirement recommandé American Auto en décembre 2021, parce que l’ensemble dirigé par Gasteyer et mis en place par Spitzer s’était plutôt bien intégré, même si les personnages eux-mêmes ressemblaient à des tropes de comédie professionnelle assez génériques. Nous pensions que la série aurait besoin d’au moins une saison pour que les histoires façonnent et définissent les personnages au-delà des grands archétypes, et nous avions raison. La série avait encore quelques problèmes à la fin de la première saison, mais les choses allaient beaucoup mieux au moment de la diffusion du dernier épisode.

Le premier épisode, dans lequel le groupe se trouve au milieu de la crise du roulement d’Hydra, ne rétablit pas exactement le rôle de chacun dans l’entreprise, mais il contribue largement à rétablir leurs caractères, simplement en montrant comment ils réagissent à la crise qui ne cesse de s’aggraver. Stonestreet est un bon invité pour le groupe, ne serait-ce que parce qu’il est là pour perturber le statu quo. Il est moins intégré dans le deuxième épisode, où il dit à Sadie qu’il essaie activement de prendre son travail.

Le deuxième épisode montre que la narration est encore un peu incohérente. Une fois l’incendie éteint, et (ce n’est pas un spoiler si vous savez comment fonctionne la télévision) que Katherine a promis de redresser la société en six mois, Ian et Sadie demandent à Katherine de limiter les dégâts. Une tentative, où elle essaie de faire une vidéo d’excuses avec sa famille, ouvre un puits d’exploration du caractère qui n’est pas exploité, en faveur de Katherine qui se fait sermonner par Seth Meyers lorsque Sadie lui suggère de participer à son émission. L’intrigue B, dans laquelle Cyrus et Dori créent un univers entier de faux utilisateurs de Twitter pour que Katherine ait l’air populaire sur les réseaux sociaux, fonctionne bien car la façon dont chacun d’eux laisse les choses échapper à tout contrôle est tout à fait cohérente avec leurs personnages.

Le sexe et la peau : Aucun.

Parting Shot : Katherine dit à la bande qu’elle a sauvé tout le monde du licenciement, et se réjouit d’avoir été « héroïque ».

Sleeper Star : X Mayo s’est vraiment révélée dans le rôle de Dori dans la saison 1, et elle continue d’être l’une des personnes les plus drôles de la série dans la saison 2.

La ligne la plus pilote : Jack est effrayé quand Cyrus mange un KitKat sans en casser un morceau. On a l’impression d’avoir déjà vu une variation de ce gag KitKat plusieurs fois. Mais nous sommes d’accord : C’est effrayant de voir quelqu’un mordre dans les 4 KitKat d’un bar en même temps.

Notre appel : STREAM IT. American Auto n’est pas à la hauteur d’une comédie sur le lieu de travail comme Abbott Elementary, mais l’ensemble travaille bien ensemble et il y a plus qu’assez d’humour basé sur les personnages pour surmonter certains problèmes d’intrigue.

Joel Keller (@joelkeller) écrit sur la nourriture, le divertissement, l’éducation des enfants et la technologie, mais il ne se voile pas la face : c’est un accro de la télé. Ses écrits ont été publiés dans le New York Times, Slate, Salon, RollingStone.com, VanityFair.com, Fast Company et ailleurs.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *