• 25 janvier 2023

Le regarder en streaming ou le sauter ?

Jung_E (actuellement sur Netflix) est le nouveau film du réalisateur Yeon Sang-ho, qui s’est fait connaître en dehors de sa Corée natale avec le film d’action sur les zombies de 2016. Train to Busan. Alors qu’il offrait un nouvel angle sur un sous-genre familier avec Busanil espère sûrement faire de même pour la science-fiction sur l’intelligence artificielle (AI-SCI-FI ?!?) avec sa dernière œuvre, qui se déroule dans une sorte de dystopie post-apocalyptique où les robots font la guerre à notre place, et où le camp doté de la meilleure IA semble mûr pour la victoire. Le film est également remarquable parce qu’il s’agit du dernier rôle de la star du cinéma coréen Kang Soo-yeon, qui est malheureusement décédée en 2022 à l’âge de 55 ans des suites d’une hémorragie cérébrale.

JUNG_E: LE STREAMER OU LE SAUTER ?

L’essentiel : DANS UN MONDE où de graves changements climatiques ont forcé l’humanité à abandonner la Terre pour la Lune, où la guerre civile qui s’ensuit fait rage depuis des décennies, où l’intelligence artificielle est un élément essentiel de la technologie de guerre, où les cerveaux humains peuvent être téléchargés de corps malades vers de nouveaux corps et où, si vous avez assez d’argent, vous pouvez profiter d’une existence formidable de type A, ou d’un type B médiocre, ou peut-être d’un type C horrible, mais sans frais, où votre conscience est sous le contrôle d’entreprises et d’autres trucs ; où les gens passent des tests d’éthique pour déterminer qu’ils sont bien des humains et non des IA – dans ce monde, une femme saute dans un véritable enfer dystopique, combattant des robots, dont certains sont diaboliquement avancés dans leur capacité à résister aux balles et autres. Il s’agit de la célèbre guerrière Yun Jung-yi (Kim Hyun-joo). n’est pas Yun Jung-yi – elle est Jung_E, un clone de Yun Jung-yi, et elle échoue toujours à la même simulation de combat. La simulation réinvente la scène même de sa défaite des années auparavant, qui a laissé son corps dans le coma, le contenu de son cerveau comme élément clé de la société de recherche en développement d’armes Kronoid et sa fille presque orpheline.

Comme le veut l’intrigue, la fille de Jung-yi, Yun Seo-hyun (Kang Soo-yeon), est une développeuse en chef du projet, une situation qui crie au conflit d’intérêts, mais peut-être que les préoccupations éthiques universelles évolueront d’ici 2194. Mais ne nous attachons pas à la logique, car ce n’est pas drôle du tout. Le projet Jung_E ne progresse tout simplement pas, et Seo-hyun et son odieux patron Kim Sang-hoon (Ryu Kyung-soo) ressentent la pression des cadres et des généraux de guerre, ce qui le rend encore plus ennuyeux et odieux. Il est également amoral, plus soucieux de maintenir le projet à flot et donc de conserver son statut et de plaire au président (Lee Dong-hee), et moins soucieux de la douleur réelle qu’il inflige à ses sujets IA. C’est le genre de personne que l’on aimerait voir réduite à néant par le rayon d’une arme laser de science-fiction futuriste. Donc, tout comme votre patron, alors, n’est-ce pas ?

Parmi tout le bla-bla sur le projet et le dense contexte explicatif qui l’entoure, nous avons un flash-back de l’époque où Seo-hyun était jeune et malade et qu’elle voyait pour la dernière fois sa mère, parée de son armure de combat et tout le reste, car dès que sa fille passera sous le scalpel pour son cancer, elle s’aventurera à se faire tuer par de méchants clankbots. Là où Sang-hoon est un abruti bavard, Seo-hyun parle très peu, gardant tout en elle, surtout lorsqu’une autre simulation ratée entraîne une activité cérébrale inhabituelle chez Jung_E. ZONE NON IDENTIFIÉE, c’est écrit. Qu’est-ce que la ZONE NON IDENTIFIÉE pourrait être ? Est-ce que la ZONE NON IDENTIFIÉE pourrait être… amour? Pas de spoilers mec, pas de spoilers !

Photo : Netflix

Quels sont les films que cela vous rappellera ? Trop nombreux : Ghost in the Shell, La Matrice, Edge of Tomorrow, The Terminator et RoboCopavec des morceaux de Après Yang, WALL-E et Blade Runner.

Une performance qui vaut la peine d’être vue : Kang semble parfois menotté par un scénario sous-développé et surchargé, mais il conduit néanmoins le film avec une performance réfléchie.

Dialogue mémorable : Le président prouve que certaines préoccupations éthiques sont aussi lourdes dans le futur qu’elles le sont aujourd’hui : « Moi aussi, j’étais obsédé par la réplication du cerveau. Les gens riches comme moi trouvent le plus d’intérêt dans ces choses-là. »

Le sexe et la peau : Aucun.

Notre prise : Jung(UNDERSCORE)E dissimule un drame émotionnel et psychologique – comment Seo-hyun est essentiellement piégée dans l’ambre parce qu’elle est forcée de revivre la « mort » de sa mère encore et encore et encore – dans le fourrage à haut concept d’une science-fiction futuriste semi-plausible. On sent que le pitch de Yeon aurait pu être « Il y a de l’action ET des idées ! ». Mais il ne remplit que le minimum de cette promesse, et le résultat final est destiné à se fondre dans la masse des films de genre de qualité moyenne (Oblivion, Homme Gémeaux et une poignée d’adaptations de Philip K. Dick de moindre importance me viennent à l’esprit).

Il y a beaucoup de talent ici – la présence substantielle de Kang à l’écran, le côté clownesque de Ryu et le talent de metteur en scène de Yeon devraient suffire à soutenir notre intérêt. Le scénario, cependant, laisse le projet reposer sur des bases peu solides. Toutes les discussions sur la guerre civile, les colonies spatiales et le désastre climatique n’informent pas l’histoire, mais restent en arrière-plan comme un rideau coloré d’une teinte indistincte de beige dystopique. Nous n’avons pas une grande idée du caractère de Seo-hyun en dehors d’une nostalgie et d’une mélancolie sans lendemain – aime-t-elle lire ou cuisiner, a-t-elle un chat ou un chien, a-t-elle déjà été amoureuse, les chats et les chiens existent-ils même dans cette ligne temporelle, etc. Nous n’en avons pas la moindre idée et elle a rarement quelque chose d’intéressant à dire. Bien que Kang trouve un peu de substance dans le penchant du personnage pour le silence vide et contemplatif, Seo-hyun n’est finalement guère plus qu’un chiffre mince.

La vivacité du film provient plutôt de ses images, Yeon dirigeant les séquences avec une main habile et dynamique inspirée des jeux vidéo (oui, c’est un compliment). La chorégraphie est gracieuse, malgré le recours massif aux images de synthèse. C’est le bric-à-brac conceptuel des grandes idées de Yeon qui ne trouve jamais de terreau fertile, et ressemble aux habituelles réflexions sur les dilemmes existentiels de l’IA jusqu’à ce qu’une grande séquence d’action dans le troisième acte montre les principaux protagonistes tenant des robots par la gorge – c’est moi ou étouffer un robot est une course de fous – ou s’accrochant à la vie alors qu’un train roule à une vitesse précaire sur une voie ferrée. Jung_ELe plus grand défaut du film est sa banalité. Les souvenirs sont peut-être éternels dans ce monde de corps de remplacement et de clonage de cerveau, mais le film ne nous offre pas grand-chose qui vaille la peine de s’en souvenir.

Notre appel : Jung(UNDERSCORE)E ne délivre pas les biens existentiels de la science-fiction. SAUTEZ-LE.

John Serba est un écrivain indépendant et un critique de cinéma basé à Grand Rapids, Michigan. Vous pouvez lire la suite de son travail sur johnserbaatlarge.com.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *